LE JOURNAL.AFRICA
POLITIQUE

Mali: une journée de mobilisation test contre les sanctions de la Cédéao

Gel des avoirs au sein de la BCEAO, fermetures des frontières avec les États membres, suspension des transactions, le Mali a donc été lourdement sanctionné dimanche par la Cédéao et l’UEMOA. En cause : la volonté de la junte de se maintenir au pouvoir pendant encore quatre ans. Elle qui s’était pourtant engagée en septembre 2020 à organiser des élections en février 2022. Les autorités maliennes ont dénoncé ces sanctions. En réponse, elles appellent ce vendredi 14 janvier à une journée de manifestations dans tout le pays.

La junte militaire et ses soutiens veulent faire de ce rendez-vous une démonstration de force. « Depuis le 9 (janvier), nous sommes en train de mobiliser les gens à tous les niveaux, explique Bakora Konaté, le secrétaire général du collectif national des acteurs de marché du Mali. Nous avons envoyé des messages pour que tout le monde se mobilise sur toute l’étendue du territoire malien, des grandes villes jusqu’aux hameaux. C’est pour manifester la volonté du peuple malien, le soutien sans faille et inconditionnel du peuple malien aux autorités de la transition, qui sont en train d’œuvrer pour que la paix revienne sur toute l’étendue du territoire malien, précise-t-il avant d’ajouter : Trop c’est trop ! Nous voulons dire à la Cédéao que nous ne sommes pas d’accord avec elle. »   

Pour Bakora Konaté comme pour les représentants de la junte, ces sanctions sont injustifiées. Le pays, expliquent-ils, a besoin de réformes importante...   

Continuer la lecture de cet article sur RFI AFRIQUE

Articles similaires

Cameroun: levée du blocus de la résidence de l’opposant Maurice Kamto

RFI AFRIQUE

Madagascar: le HVM, parti de Rajaonarimampianina, fait son retour en politique

RFI AFRIQUE

Tunisie: Kaïs Saïed, l’ascension fulgurante d’un novice en politique

RFI AFRIQUE