LE JOURNAL.AFRICA
POLITIQUE

RDC : quand une motion contre le gouverneur divise son peuple

La destitution du gouvernement Theo Ngwabidje Kasi fait la une des réseaux sociaux et différents médias dans la province et sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo. Différents leaders et membres de la société civile se contredisent sur la légalité de cette destitution et son intérêt pour le moment.

D’après Maître Chako Changu Bonane Ebambe, la destitution du gouvernement  n’a pas respecté la procédure légale, d’où le premier citoyen de la province a le plein droit de saisir les instances compétentes pour qu’il soit rétabli dans ses droits. 

Ce juriste poursuit en s’appuyant sur l’article 22 du règlement de l’assemblée, qui dit que le dossier de la pétition mettant en cause les membres du bureau de l’assemblée devrait être gérée avant toute action ayant trait à l’examen de la motion de censure contre le gouvernement Ngwabidje; mais la procédure n’a pas été respectée. «  Les députés ne devraient pas quitter la salle des plénières pour aller siéger dans un hôtel, quelle était l’urgence qui les avaient poussé à déplacer la plénière ? » se pose Maître Chako Changu Bonane.

« Un soulagement »

Pour la société civile de son côté, la destitution du gouvernement provincial est un ouf de soulagement pour toute la population du Sud-Kivu. Le coordinateur de la société civile des compatriotes congolais, lui, déplore la division qui caractérise depuis plusieurs jours les députés provinciaux du Sud-Kivu. Bwija Kelvin appelle les députés à l’unité en faveur de toute la population de la  province. 

Cette position est partagée par le coordinateur de la nouvelle société civile congolaise Sud – Sud-Kivu. André Byadunia précise que le gouverneur et son gouvernement ont été un frein au développement de cette province d’où le moment de donner l’opportunité à une autre personne en vue de changer la donne en faveur de toute la province.

Un théâtre !

Sur son compte twitter « J’ai appris le théâtre désolant auquel se sont livrés certains députés dits motionnaires à partir d’un hôtel. Cet acte clandestin et rebelle n’a aucune signification politique ou juridique. Mon Gvt reste focus sur la sécurité liée à l’agression et les projets économiques au SK », Théo Ngwabidje Kosi, gouverneur de la province du Sud-Kivu.

Theo Ngwabidje Kasi et son gouvernement ont été destitués par les députés provinciaux ce jeudi 24 novembre. C’est lors de l’examen et vote de la motion de censure initiée par certains députés de cette province du Sud-Kivu. Vingt-sept députés provinciaux sur trente-quatre ont voté pour la motion qui destitue le gouvernement provincial à l’hôtel Ruzizi, dans la ville de Bukavu. 

Il est à noter que le gouvernement Ngwabidje fait maintenant face à sa quatrième motion dont deux de défiance et deux de censure.

Joséphine Mungubi

Articles similaires

Rejet des élites et listes indépendantes: les enjeux des législatives tunisiennes

RFI AFRIQUE

État de siège en RDC : les noms des gouverneurs militaires dévoilés

RFI AFRIQUE

Congo-Brazzaville: vers un grand dialogue national

RFI AFRIQUE
%d blogueurs aiment cette page :