LE JOURNAL.AFRICA
SÉCURITÉ

RDC : Pareco-FF un mouvement rebelle qui vient barrer le chemin au M23

Un nouveau mouvement de rebelles vient de voir le jour dans le Nord-Kivu, à l’est de la République Démocratique du Congo, précisément à Masisi. Celui-ci avec à la tête un dissident du Mouvement du 23 mars, Sendugu Museveni.

Dans un communiqué qui nous est parvenu, la rébellion se présente sous le nom « Résistants patriotes congolais/Force de frappe » (Pareco/FF). Il s’est formé depuis le 23 novembre, avec comme mission de combattre les groupes terroristes, notamment le M23 et les ADF-MTN.

Sendugu Museveni, un ancien membre influent du bureau politique du M23, accuse le M23 de violer, de tuer et de s’approprier le sol congolais sous l’œil impuissant de la communauté internationale.

Sendugu Museveni explique que l’objectif de ce groupe rebelle  est de défendre  le territoire  national et protéger ses frontières  afin de restaurer la paix en République Démocratique du Congo en général, et en particulier à l’Est du pays.  Il précise également que le mouvement a pour but de poursuivre et combattre  les actions  des terroristes  du M23 qui sont soutenues  par le Rwanda  et l’Ouganda. Et d’ajouter qu’il milite pour la lutte contre le génocide, les crimes contre l’humanité, l’infiltration des étrangers sur le sol congolais et d’autres crimes.

Il souligne que ce mouvement accompagne le gouvernement congolais  dans sa lutte pour l’éradication des groupes terroristes comme le M23, les ADF-MTN et la restauration définitive de la paix en RDC.

A lire : Guerre dans l’Est de RDC : entre la diplomatie et l’option militaire, les doutes persistent !

Il annonce qu’à partir d’aujourd’hui PARECO/FF existe et se lance sur le terrain pour combattre farouchement les M23 et appelle toutes les forces d’autodéfense des communautés congolaises à s’unir comme un seul homme et se joindre à eux pour boiter hors d’état de nuire l’ennemi de la paix en RDC, ou toute force qui s’opposera à la libération de la restauration de la paix en RDC subira leur force de frappe.

Le M23 se défend

Avec message simple laissant sur son compte twitter, Willy Ngoma, porte-parole du Mouvement du 23 mars, laisse entendre que cet ancien membre de leur bureau politique, chef du département des affaires politiques, Sendugu Museveni n’est plus membre du mouvement.

Brandissant la lettre de suspension datant du 17 novembre 2013 et signée par Bertrand Bisimwa, président du mouvement, le porte-parole dit « Sendugu Museveni, un ancien membre du M23, suspendu pour indiscipline notoire en 2013 ».

A lire aussi : RDC: PARECO, un nouveau groupe rebelle créé par un dissident du M23

Pacifique Gahama

Articles similaires

Élections en Centrafrique: les autorités déterminées à tenir le scrutin à la date prévue

RFI AFRIQUE

Beni : au moins 15 civils tués dans une nouvelle attaque des ADF à Meleki

OKAPI CONGO

Kinshasa : la police félicite les participants à la marche du CLC

OKAPI CONGO
%d blogueurs aiment cette page :