LE JOURNAL.AFRICA
ENVIRONNEMENT POLITIQUE

La Côte d’Ivoire se mobilise pour lutter contre la désertification et la sécheresse

La Côte d’Ivoire accueille depuis ce 9 au 20 mai, la COP15 sur la lutte contre la désertification et la sécheresse. Ce pays se dit être mobilisé à tous les niveaux  pour lutter contre cette problématique. Les différentes institutions du pays y compris les femmes sont mobilisées vers  une meilleure gestion des terres.

La COP15 réunit entre 5000 et 10 000 participants, 1000 experts et environ 700 journalistes. Ils viennent de différents pays du monde et débattent comment lutter contre la désertification et la sécheresse. Le role de la femme est vivement encouragé.

“En milieu rural, les femmes  représentent plusieurs maillons de la chaîne agricole, mais subissent particulièrement la dégradation des terres et la sécheresse.” a declaré la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Nassénéba Touré. Elle a  plaidé pour faciliter l’accès aux femmes du monde rural aux propriétés foncières, en vue de leur autonomisation et du bien-être de leurs familles.

Le Fonds d’Appui aux Femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI) touche  300 000 femmes et impacter environ 2 119 000 familles. Cependant les  femmes assurent 80% de la production vivrière garantissant ainsi la sécurité alimentaire. Le rôle des femmes dans les initiatives de restauration des terres et de gestion des ressources en eau est indispensable.

À côté des femmes, les élèves sont aussi mobilisés

À côté des femmes ivoiriennes, les élèves sont aussi engagés à lutter contre la désertification et la sécheresse. C’est le cas du lycée Sainte-Marie de Cocody comme titre d’illustration par exemple.

Ce lycée abrite une ferme avicole composée de coqs, de poules et d’oies gérée par les élèves. Elle a aussi une forêt primaire créée de toutes pièces en essence des différentes plantes plantées par plusieurs générations d’élèves.

«J’apprécie la passion, la créativité, l’excellence dont on fait montre les élèves. Avec cet amour pour l’environnement, je crois que l’avenir est garanti. Pour ma part, je me ferai fort d’être l’avocat de la Côte d’Ivoire partout où j’irai pour que le lycée Sainte-Marie soit un modèle pour les autres.» a souligné Abdulla Shahid, le 76ème président de l’Assemblée générale de l’ONU lors de sa visite au lycée Sainte-Marie ce mardi 10 mai 2022 à Abidjan.

Mariatou Koné, la ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, a indiqué que les questions d’écologie et d’environnement ont toujours constitué des priorités pour la Côte d’Ivoire. « Dans nos curricula, nous avons des cours sur la désertification et la préservation de l’environnement. Et le cas du lycée Sainte Marie en est une illustration parfaite », s’est-elle félicitée.

A lire : La Côte d’Ivoire déterminée à éradiquer l’incivisme et construire un citoyen modèle

La restauration des terres représente-elle des opportunités d’affaires?

Ce 10 mai 2022 s’est tenu le forum intitulé Business Forum à Abidjan dans le cadre le cadre de la COP15 sur la lutte contre la désertification. Ce Forum s’est tenu autour du thème : « Quelles stratégies de mobilisation de la finance verte pour le développement économique de la Côte d’Ivoire ? ». 

«Au-delà du PND 2021-2025, le secteur privé accompagne aussi l’Etat de Côte d’Ivoire dans la réalisation de projets économiques majeurs. Alors des opportunités de financements qui s’offrent à lui reste incontestablement la finance verte.» a indiqué Souleymane Diarrassouba, le ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME .

Les acteurs du secteur privé, les PME et les grandes entreprises doivent jouer leur partition dans cette transition écologique. Dans la mesure où elles occupent une place prépondérante dans la création d’emplois et de richesses. a-t-il fait un appel Souleymane Diarrassouba

«Par notre élan, par notre créativité, par la mobilisation des acteurs économiques, par la mobilisation puissante des ressources financières privées ou publiques, nous pouvons façonner un autre avenir pour les zones menacées par la désertification.» a déclaré le Premier ministre ivoirien, Patrick Achi.

Selon lui,la restauration des terres est indispensable. Que ce mouvement commun naisse et s’amplifie pour un financement mondial de L’initiative car le temps nous est compté. Cherchons l’action a insisté Patrick Achi.

La restauration des terres nécessite plusieurs actions. notamment la déforestation, agriculture écologique intensive et résiliente, de systèmes de production résilients etc. La Côte d’Ivoire a une couverture forestière qui est passée de 16 millions à 3 millions d’hectares en 60 ans.

A lire aussi : COP 15 à Abidjan: les décideurs s’attaquent au défi de la sécheresse

Willy Muhindo

Articles similaires

RDC : Matata Ponyo se réserve le droit de porter plainte contre l’IGF pour diffamation et fausse information

OKAPI CONGO

RDC : « Les propositions de loi Minaku et Sakata n’apportent rien à la magistrature » (SYNAMAC)

OKAPI CONGO

Côte d’Ivoire: décès de l’ancien ministre Charles Diby Koffi

RFI AFRIQUE
%d blogueurs aiment cette page :