LE JOURNAL.AFRICA
SANTE SOCIETE

Afrique: le paludisme n’est plus une « menace » chez les femmes enceintes et les nourrissons

Le continent africain vient de se doter de son premier médicament de qualité de lutte contre la malaria chez les femmes enceintes et les nourrissons. Approuvé par l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS), il a été fabriqué par l’association sulfadoxine-pyriméthamine (SP). 

C’est avec le soutien de l’organisation Médecines for Malaria Venture (MMV) et d’Unitaid, que la société Universal Corporation Ltd (UCL) devient le premier fabricant de médicaments africain à obtenir une préqualification de l’OMS pour l’association sulfadoxine-pyriméthamine.

D’après le dernier Rapport mondial sur le paludisme, publié le 6 décembre 2021, environ 241 millions de personnes ont été touchées par le paludisme en 2020 dans le monde et parmi elles, 627 000 en ont décédées. Ces chiffres représentent une augmentation en 2020 d’environ 14 millions de cas et 69 000 décès par rapport à 2019. C’est environ les deux tiers des décès supplémentaires (47 000) qui sont associés aux perturbations des approvisionnements en matériel de prévention, de diagnostic et de traitement pendant la pandémie de COVID-19. 

La Région africaine de l’OMS continue à porter une part disproportionnée du fardeau mondial du paludisme. En 2020, la région concentrait 95 % de tous les cas de paludisme et 96 % de tous les décès. Environ 80 % de tous les décès dus au paludisme dans la région surviennent chez des enfants âgés de moins de cinq ans.

En 2020, six pays regroupent un peu plus de la moitié de tous les décès dus au paludisme dans le monde : le Nigeria (27 %), la République Démocratique du Congo (12 %), l’Ouganda (5 %), le Mozambique (4 %), l’angola (3%) et le Burkina Faso (3 %).

L’importance de la certification de l’UCL est sa préqualification par l’OMS

Une importante étape franchie dans la soutenance de la production locale d’un médicament utilisé dans toute l’Afrique à des fins de prévention du paludisme. L’OMS vient en effet d’attribuer une certification de qualité au premier fabricant africain d’un médicament pouvant prévenir le paludisme chez les femmes enceintes et les enfants. 

Lire : Infection palustre de la femme enceinte à Niamey au Niger

Grâce à cette certification, le fabricant kényan UCL sera en mesure de soutenir la production locale d’un traitement de qualité à base de l’association sulfadoxine-pyriméthamine appuyant ainsi les efforts régionaux en matière de lutte contre la malaria. La préqualification l’UCL a été obtenue grâce au financement de l’agence de santé mondiale Unitaid et au soutien de l’organisation MMV.

La procédure de préqualification de l’OMS permet d’évaluer la qualité, la sûreté et l’efficacité des médicaments. L’assurance qualité octroyée au produit Wiwal®, l’association SP d’UCL, ouvre de nouvelles voies d’approvisionnement pour les partenaires mondiaux de mise à l’échelle, permettant d’améliorer l’accès à ce médicament antipaludique et de renforcer la capacité de l’Afrique à lutter contre les maladies endémiques.

L’engagement de l’entreprise pharmaceutique UCL pour ce médicament 

UCL s’engage à fournir les médicaments de qualité dont les populations du continent africain ont le plus besoin. Nous sommes non seulement la première entreprise pharmaceutique à recevoir une préqualification pour l’association sulfadoxine-pyriméthamine en Afrique, mais également l’un des seuls fabricants du continent (cinq en tout) à avoir reçu cette certification de qualité pour un produit. Nous comblons ainsi une importante lacune, précise Perviz Dhanani, fondateur et directeur général d’UCL.

Les chercheurs et les fabricants des pays les plus touchés par le paludisme doivent jouer un rôle de premier plan dans les efforts d’éradication de la maladie. Nous saluons donc cette excellente nouvelle, indique David Reddy, PDG du MMV. Elle ajoute “ nous félicitons Universal corporation ltd, premier fabricant africain à recevoir une préqualification de l’OMS pour l’association SP de prévention du paludisme chez les femmes enceintes et les nourrissons. Nous sommes ravis de les avoir accompagnés dans cette démarche ”.

Précisons que l’association sulfadoxine-pyriméthamine (SP) est un traitement bien toléré, efficace et abordable utilisé pour prévenir le paludisme chez les femmes enceintes et les nourrissons. C’est pour presque tous les cas et les décès dus au paludisme surviennent en Afrique. Pourtant jusqu’à présent, le continent reposait entièrement sur les importations pour son approvisionnement en SP de qualité.

Blandon Uwamahoro

Articles similaires

Le ministère de la santé publique présente le bilan semestriel des réalisations

RTNB BURUNDI

L’Ouganda détient le triste record de cumuler cinq variants du Covid-19

RFI AFRIQUE

Coronavirus à l’Equateur : les jeunes de Mbandaka demandent de délocaliser les audiences foraines

OKAPI CONGO
%d blogueurs aiment cette page :