LE JOURNAL.AFRICA
POLITIQUE

Au Bénin, les familles des forces de sécurité tuées ou blessées bientôt mieux soutenues?

Benin riot officers leave as demonstrators gathered to protest against the current president's free-market reforms in Cotonou on March 9, 2018. - Police fired teargas to break up an anti-government demonstration by Benin's political opposition involving thousands of people, according to AFP reporters on the ground. Protesters had gathered in Cotonou, Benin's economic hub, to march against President Patrice Talon but officers moved in when they strayed off an agreed course. Talon, a former businessman who made his fortune in cotton, was elected in April 2016, and has since tried to revamp the West African nation's stuttering economy. But his proposals for free-market reform have sparked widespread concern, leading to a series of public sector strikes that have crippled the education, justice and health sector. (Photo by Yanick Folly / AFP)
Le Bénin veut améliorer la prise en charge des familles des membres des forces de défense et de sécurité, quand ceux-ci sont blessés ou tués dans le cadre de leur mission. Le projet de loi, présenté mercredi en conseil des ministres, doit maintenant être transmis à l'Assemblée nationale pour être examiné et voté.

Le projet de loi prévoit le paiement d'un capital décès aux familles des victimes et une prise en charge de leurs enfants, jusqu'à leurs 21 ans. L'État leur promet un soutien matériel, financier et moral.

Continuer la lecture de cet article sur RFI AFRIQUE

Articles similaires

Législatives en Algérie: le FLN remporte un scrutin marqué par une forte abstention

RFI AFRIQUE

Massacres dans l’Est : Tshisekedi se dit en avoir « assez » et réitère n’être pas venu au pouvoir assister « impuissant » au malheur de congolais

POLITICO CD

Abbé Nshole : « On peut avoir le meilleur candidat de la CENI, mais si c’est avec la même loi, on n’aura pas fait un grand pas »

OKAPI CONGO