LE JOURNAL.AFRICA
ART CULTURE SOCIETE

Maquillage: Kaze Bertille lance un nouveau concept au Burundi

Kaze Berthy  lance une formation de maquillage au Burundi
Kaze Bertille  lance une formation de maquillage à l’endroit des jeunes. Cette formation est unique et la première de ce genre au Burundi. Les agences de maquillage sont généralement répandues et développées en Europe. 

Les inscriptions pour la deuxième édition de la formation en maquillage sont en cours jusqu’au 1er novembre. Cette formation est prévue du 15 au 17 novembre  pour les débutants et du 22 du  24 pour les professionnels.

« Nous ferons en sorte que les personnes formées soient bien suivies dans un cadre idéal où elles se développeront. Rien ne fait mal de voir un jeune perdu dans la vie alors qu’il est passionné de quelque chose », déplore Kaze Bertille, initiateur de cette maison de formation en maquillage.

La première édition de la formation en maquillage s’est déroulée en juillet 2021. Selon Kaze Bertille, les résultats étaient satisfaisants. « Les résultats ont été au-delà de nos attentes. Au début, on avait peur mais tout s’était bien passé », continue-t-elle. 

Kaze Bertille ne veut pas se limiter seulement au maquillage. Se confiant au Le Journal.Africa, elle indique qu’elle recherche des personnes qui sont les plus intéressées par l’art moderne. Je pourrais faire un centre de formation pour encadrer les jeunes passionnés de l’art moderne, explique la formatrice Bertille.

Au Burundi, le métier de maquillage  n’est pas rentable. C’est un travail de passion et non de soif pécuniaire.

A lire : Les anciens succès : 21 artistes burundais unis pour se rappeler le passé

De sa qualification à la dispensation de la formation en maquillage

Née dans une famille de 3 enfants dont elle est l’aînée, Kaze Bertille est maître en stylisme et modélisme de l’université de Milan en Italie. En 2019,  elle est retournée au Burundi  où elle a commencé à faire quelques activités génératrices de revenus.

C’est là que l’idée lui est venue de faire une agence de préparation de mariage en maquillant les mariées. Vu qu’elle a fait le stylisme et le modélisme, pas le maquillage, elle a approché les professionnels du métier qui ont de l’expérience. Ensemble, ils ont développé des stratégies pour atteindre un objectif précis et concret.   “La machine est actuellement  en  cours.

A lire aussi : Le make-up en Afrique : embellissement ou spectacle de Kabuki

Erick-E.Manirakiza.

Articles similaires

La dixième édition du concours «Slam national» s’achève à Madagascar

RFI AFRIQUE

Sénégal: plusieurs fidèles de Modou Kara arrêtés, accusés de «trafic d’êtres humains»

RFI AFRIQUE

Burundi : PARCEM propose au gouvernement burundais des stratégies pour lutter contre la corruption

LE JOURNAL.AFRICA
%d blogueurs aiment cette page :