LE JOURNAL.AFRICA
SOCIETE

La mini-rizerie de Muhanga, une panacée pour la population de la localité

Visite à la mini-rizerie de Muhanga
Un ouf de soulagement pour les riziculteurs et la population de la commune de Muhanga, province Kayanza pour l’installation d’une mini-rizerie. Une machine implantée par l’Etat dans la localité en juillet 2020. Celle-ci a déjà gagné la confiance de sa clientèle. Elle est sous la gestion de la société  rizicole de Muhanga (SORIMU).

Yvonne Hacimana, propriétaire d’un restaurant au centre de Muhanga dit que la SORIMU a facilité sa vie. En effet, elle n’avait pas où acheté le riz de bonne qualité et à un prix abordable.

Par ailleurs, cette dame fait savoir que le riz transformé par la SORIMU se dilate très bien. Ce qui lui fait des gains en argent.  Elle souligne aussi que la bonne qualité du riz SORIMU attire davantage les clients.

Pour cela, Madame Hacimana trouve que la SORIMU est venue comme une solution pécuniaire pour elle et toute sa localité.

 Pourquoi cette appréciation ?

La SORIMU achète le riz paddy aux riziculteurs en vue de le décortiquer pour le revendre après différentes transformations : dépoussiérages, déferraillage, le lavage, … Ce qui réduit les dépenses aux riziculteurs, indique le Directeur-Gérant Joseph Nahimana.

SORIMU vient contribuer à la cultivassions des marais de la Ruvubu pour une seule variété de riz.

 La mini-rizerie de Muhanga, dans ses origines

 La mini-rizerie de Muhanga a ouvert ses portes en juillet 2020. Elle a été construite et équipée sous le financement du Fonds international pour le développement agricole (FIDA).

C’est dans le cadre du projet du gouvernement burundais, Projet d’appui à l’intensification et à la valorisation agricole au Burundi-PAIVA-B.

Elle a été mise sous la gestion d’une société dénommée société rizicole de Muhanga (SORIMU).

A lire: Ngozi: la récolte des cultures vivrières de la saison culturale B est prometteuse

Qu’en est-il de son organisation dans ses activités ?

La mini-rizerie SORIMU produit quatre qualités de riz : A, B, C et D, sans laisser de côté le son de riz. Elle réalise plus au moins 30 tonnes par jour.

SORIMU achète le riz paddy aux riziculteurs pour le décortiquer et le revendre après transformations à un prix abordable. Par conséquent le prix du riz bascule du jour au jour.

À cet effet, son Directeur-Gérant demande aux autorités de fixer le prix chez les riziculteurs afin qu’il soit standard. Et surtout lors de la récolte.

A lire aussi: Inauguration de la rizerie SORIMU à MUHANGA, KAYANZA / BURUNDI

Par Elvis Irambona

Articles similaires

Ibintu cumi mutari muzi ku ntara ya Gitega

YAGA BURUNDI

Muragabe ! Za Wasapu n’umwana w’uwundi !

YAGA BURUNDI

Les enfants nés en prison ont aussi besoin d’un environnement chaleureux

YAGA BURUNDI

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :