LE JOURNAL.AFRICA
EDUCATION

KENYA : Désormais les enseignants seront recrutés après 10 ans d’essai

Les enseignants engagés par la Commission du Service des Enseignants (TSC), seront dorénavant soumis à un exercice d’essaie pendant 10 ans avant d’être pleinement embauchés. Annonce une notice affichée au Bureau de TSC ce matin.

La TSC a déclaré aux enseignants candidats à un emploi permanent qu’ils seraient employés pendant 10 années consécutives sous supervision avant d’être engagés pour des emplois permanents et ouvrant droit à une pension.
La commission est en train de recruter 11 574 enseignants dans les écoles primaires et secondaires.


« Vous êtes informés que pour être employéà titre permanent et à titre de retraite, une personne sera tenue de servir pendant 10 années consécutives sous surveillance », indique un avis de TSC destiné à ceux qui postulent pour le poste d’enseignant.


Que disait la loi sur l’embauche ?


Ceci est contraire à la loi de TSC de l’an 2012 qui stipule que la durée du mandat avant un emploi permanent et ouvrant droit à pension sera de six mois.
«Un éducateur affecté par la TSC est placé sous surveillance pendant une période n’excédant pas six mois avant d’être affecté à un emploi permanent et ouvrant droit à une pension», précise l’article 61 (1) A de la loi de TSC de 2012.


Quelles sont les conséquences ?


Cela signifie que les enseignants seront employés en 2030, où si à un moment donné il a 35 ans, il recevra un emploi de retraite à l’âge de 45 ans.
Pendant cette période, il ne sera pas non plus promu à un autre poste. La période de surveillance de l’emploi est utilisée comme un test de la capacité de l’employé à remplir ses fonctions et, si l’employeur est satisfait, il lui donne un emploi permanent.


La position de défenseurs des droits des enseignants.


La période est généralement comprise entre un et six mois. Conformément à l’article 42 de la loi sur l’emploi, la période de surveillance d’un employé ne doit pas dépasser un an.


«La période d’essai ne peut excéder six mois, mais peut être prolongée pour une autre période n’excédant pas six mois en accord avec l’employé.» Cela signifie que le TSC a enfreint les règles d’emploi. Être illégale et l’article 42 de la Constitution.


« Vous ne pouvez pas engager un enseignant et lui dire ensuite qu’il obtiendra un emploi permanent et une pension après 10 ans. Nous contesterons cela devant le tribunal », a déclaré Wilson Sossion, un défenseur des droits des enseignants.


Mais la directrice générale de TSC, Mme Nancy Macharia, a défendu son action en disant que l’avis était un avertissement pour les personnes de plus de 45 ans.
L’âge de la retraite est de 60 ans au Kenya selon la constitution de 2010.


Par Sam Odhiambo

Articles similaires

Suspensions des cours : le parlement d’enfants appelle les parents de Beni à une haute surveillance des enfants à la maison

OKAPI CONGO

La commission de préparation du concours de la 9ème donne ses dernières instructions

RTNB BURUNDI

Burundi:Un point d’information Campus France à Gitega

LE JOURNAL.AFRICA
%d blogueurs aiment cette page :