LE JOURNAL.AFRICA
SANTE

La COVID-19 mène la vie dure au président Uhuru Kenyatta

Il se relâche, dans son discours du septembre. Lorsqu’il a officiellement ouvert une conférence sur la maladie à COVID-19 organisée par le Conseil des gouverneurs via une vidéoconférence, le président Kenyatta a reconnu qu’il ne lui avait pas été facile de prendre des décisions importantes pendant cette période.

Le plus grand défi auquel nous nous sommes confrontés est de décider de protéger la vie civile en établissant des règles strictes pour empêcher la propagation du virus corona, ou de protéger l’économie et les moyens de subsistance des civils, ce qui peut fournir une opportunité de propagation de l’infection.

«J’ai traversé un dilemme pour prendre des décisions. Il était très difficile de prendre une décision entre deux choses qui étaient toutes les deux équitables.

Il ajoute « Il n’y a jamais eu de temps dans ce pays où le président a été invité à édicter des règlements qui empêchent les gens de jouir de leur liberté », a-t-il expliqué.

Depuis que le premier cas de COVID-19 a été signalé dans le pays, les citoyens ont traversé une période difficile en raison de réglementations strictes telles que la fermeture de certaines villes et rues, des ordonnances de non-conformité, entre autres réglementations.

Les regrets et souhaits du président Kenyatta

Il a également reconnu que des règles aussi strictes ont causé de nombreux problèmes dans la communauté, en particulier les jeunes qui souffrent de dépression.

«J’exhorte le ministère de la Santé à comprendre comment nous allons résoudre le problème du stress auquel sont confrontés les gens, en particulier nos jeunes», a-t-il déclaré Uhuru.

L’appel à sa population

Cependant, le président Kenyatta a déclaré que c’était en raison de ces conditions que maintenant le nombre de patients annoncés quotidiennement avait commencé à diminuer.

Malgré la dynamique démographique en déclin, il a exhorté les citoyens à ne pas se montrer complaisants dans le respect des principes de contrôle des infections jusqu’à ce qu’il y ait des preuves complètes que le pays a remporté la victoire sur le virus corona.

«La bonne nouvelle est que les chiffres commencent à baisser, mais ne commençons pas à célébrer tôt. C’est parce qu’il a été prouvé que le nombre commence à diminuer après avoir atteint le sommet. C’est une période dangereuse car à partir d’ici, les chiffres pourraient recommencer à augmenter », a-t-il déclaré.

La conférence publique a également été suivie par des gouverneurs dirigés par le président du Conseil des gouverneurs, M. Wycliffe Oparanya, et des ministres tels que Mutahi Kagwe (santé), Eugene Wamalwa (dévolution) et Betty Maina (affaires).

Plusieurs ambassadeurs et représentants d’organisations de défense des droits de l’homme étaient également présents.

Quelles sont les mesures pour l’avenir ?

La conférence avait pour but de passer en revue les mesures prises par le Kenya jusqu’à présent et de fournir des orientations sur les mesures à prendre à l’avenir. Il visait également à identifier les mesures appropriées à prendre dans les années à venir en cas de nouvelle catastrophe de ce type.

Parmi les défis identifiés figuraient la corruption dans l’achat d’équipements essentiels anti-COVID-19, la brutalité policière dans l’application des réglementations, les retards du gouvernement central dans le financement des gouvernements des comtés et l’incapacité de nombreux comtés à fournir des soins médicaux d’urgence.

D’autre part, diverses réalisations ont été reconnues, telles que des innovations kényanes de haut niveau dans le développement d’équipements médicaux essentiels.

Les résultats d’aujourd’hui de la COVID-19, c’est avec 34 884 nouveau cas positifs, 589 décès et 21 059 guéris.

Par Sam Odhiambo

Articles similaires

Nord-Kivu : une ONG environnementale propose l’interdiction de consommer la viande issue du braconnage

OKAPI CONGO

Kwilu : le gouverneur sollicite l’implication de la population pour lutter contre le coronavirus

OKAPI CONGO

RDC : l’OMS maintient Ebola comme une « urgence sanitaire internationale »

OKAPI CONGO
%d blogueurs aiment cette page :