Business SANTE

Le gouvernement burkinabè s’attaque aux boissons alcoolisées en sachets

Le ministère du Commerce lance une opération de retrait du marché des alcools vendus dans les sachets plastiques. Véritable poison pour la jeunesse selon un cadre du ministère, ces boissons importées ou produites dans la clandestinité font des ravages au sein des jeunes. Pour les autorités, ces boissons ne doivent plus exister sur les marchés. Les opérations de saisie ont déjà commencé.

Cette interdiction concerne les liqueurs et autres boissons spiritueuses. Gin, rhum ou whisky, et autres qui sont vendues en petites doses dans des emballages en plastiques.

« Ces emballages ne sont pas adaptés au conditionnement de tels produits », souligne Yacouba Bila, directeur de la concurrence et de la répression des fraudes. L’interdiction concerne également les bouteilles de moins de 30 centilitres contenant les mêmes types de boissons. Selon le ministère du Commerce, la consommation de ces boissons prend de l’ampleur au niveau de la jeunesse, en ville comme en campagne. Le coût de ces boissons alcoolisées reste accessible pour les jeunes. Avec une somme de 25, 50 ou 75 francs CFA, soit 11 centimes d’euro, tout le monde peut s’en procurer dans les cabarets, kiosques ou  boutiques. « Ces boissons ont un effet dévastateur sur les jeunes. Il faut protéger la jeunesse de ce  pays », précise le directeur de la concurrence et la répression au ministère du Commerce.

Démantèlement des sites de production

Au lendemain de l’annonce de cette mesure, des équipes du ministère du Commerce ont mené des opérations de retrait de ces produits sur le marché national. Ces opérations visent d’abord les importateurs des deux grandes villes du pays : Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. C’est à partir de ces deux villes que les produits sont acheminés dans les autres localités du pays selon le ministère du Commerce. « Nous démantelons aussi les sites de production de ces boissons car ces sites ne répondent pas aux normes », selon le directeur de la concurrence.

Numéro gratuit

Dans le cadre de cette mesure, un numéro gratuit a été mis à la disposition des populations pour signaler tous les lieux de vente ou de fabrique des produits concernés par cette opération.

Articles similaires

Leave a Comment

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.