AFRIQUE

Gabon: l’enquête sur la disparition de containers de kevazingo se poursuit

Au Gabon, la disparition du port d’Owendo, le 30 avril, de 353 containers pourtant placés sous scellés de la justice, défraie la chronique. Ces containers avaient été saisis fin février avec près de 5 000 m3 de kevazingo, un bois précieux. Plusieurs administrations sont éclaboussées. Les ONG et la presse ne baissent pas les bras, et la justice bouge également.

C’est le plus grand scandale depuis le début de l’année au Gabon. La presse locale et les Gabonais ne parlent que de cela. La douane, le ministère des Eaux et Forêts, la direction du port et même des hauts cadres de la présidence de la République sont cités à tort ou à raison dans la disparition de ces 353 containers chargés de kevazingo, essence de bois rare.

Lundi, le président de la République Ali Bongo Ondimba a reçu en urgence son ministre de la Justice, Edgard Anicet Mboumbou Miyakou, et le procureur de la République, Olivier Nzahou, qui a affirmé que des fonctionnaires publics des Eaux et Forêts et des douanes ont activement ou passivement favorisé la disparition de ces containers.

Il a aussi révélé que 200 d’entre eux ont été retrouvés. Olivier Nzahou a par ailleurs annoncé des arrestations dont des Chinois et des Gabonais. La justice recherche activement l’influent entrepreneur chinois François Wu, présumé être le cerveau du scandale.

Le kevazingo est un bois rare, millénaire, mythique et précieux d’Afrique centrale. Menacé de disparition, il est interdit d’exploitation alors qu’il est vendu à prix d’or en Asie.

Related posts

Tunisie: le processus démocratique face à l’instabilité régionale

RFI AFRIQUE

Algérie : Djamel Ould Abbes poursuivi pour « dilapidation de deniers publics »

BBC AFRIQUE

Cyclisme: les Debesay ont encore frappé aux Championnats d’Afrique

RFI AFRIQUE

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter Lire la suite