LE JOURNAL.AFRICA
SOCIETE

Burundi: Un enfant à déficience visuelle, est-il capable…?

Enfants malvoyants qui chantent
«Oui», répond Emmanuel Sibomana, directeur de l’école fondamentale Penn Blind School, qui encadre 69 enfants à déficience visuelle. En effet, il témoigne les miracles réalisés par ses apprenants en classe et dans le domaine musical sur le territoire du Burundi.

« La vie n’est pas faite que d’un seul sens la vue, mais également de 4 autres », intervient M. Sibomana. Le directeur de Penn Blind School explique qu’un homme n’a aucune raison de ne rien faire sous prétexte qu’un organe de sens ne fonctionne pas.

Ces malvoyants et aveugles de l’Ecofo Penn Blind School du Burundi font des bons résultats en classe. Se  réjouit le directeur de Penn Blind School des efforts que ses élèves fournissent.

Ainsi, des enfants à déficience visuelle excellent dans plusieurs secteurs de la vie comme tant d’autres. Hors de classes,  ils sont parmi ses collégiens ceux qui jouent bien à la musique; continu à marteler S.E.

Il regrette de ces parents qui pensent encore qu’un enfant malvoyant ou aveugle ne peut absolument rien pour la société.

De quoi est capable un malvoyant ou aveugle?

«De tous», répond Edouard Nduwayo, une star et aveugle âgé de 24 ans. Selon lui,  la question primordiale est d’une bonne orientation (la nécessité d’un mentorat).

Ce fils ainé d’une famille de 5 enfants tous aveugles insiste sur le fait qu’il est en train de se démarquer dans le domaine musical sur la sphère burundaise. Ainsi, être aveugle ou malvoyant n’est pas un souci pour lui car il utilise d’autres sens pour survivre.

Hors ses études, il travaille sur sa musique afin de représenter son pays le Burundi sur la scène internationale. Tel est son grand rêve, déclare M. Nduwayo.

Qui est Edouard Nduwayo ?

Connu sous le nom de Swagga, il est  natif de la commune Busiga dans la province  Ngozi au nord du Burundi. Il fait ses exploits dans le domaine musical. Avec son talent de musique, il a déjà fait sortir 5 chants.

«De mon enfance mon rêve était de devenir un artiste musicien, je chantais les chansons des autres artistes comme Sat B, Fizzo et autres. Mais mon objectif était de réaliser mes propres chansons d’où  j’ai sorti mon premier jingle intitulé ewe Burundi. Ceci a connu un succès dans notre région avant que je sois amené à la fondation UWIRAGIYE.

Dès mon arrivée à la fondation Uwiragiye, je n’ai pas croisé les bras.  J’ai sorti les chansons  twese hamwe,gira vuba,ibitangaza et l’autre chanson pour  vanter la fondation.

Toutes ces chansons sont disponibles en image sur YouTube mais. A côté de cela, je m’investit dans d’autres activités et mon plus grand rêve est que je puisse atteindre le niveau des chanteurs comme lil way ,Diamond, etc »

L’avis de l’administration

La ministre  de la solidarité, des droits de la personne humaine et du genre, Imelde Sabushimike encourage l’idée de la fondation. Elle demande à tous les malvoyants de se valoriser.

Mme Sabushimike les invite à s’éloigner de la mendicité pour se mettre dans des activités de développement. Elle leur a conseillé de se regrouper en coopérative pour que le gouvernement leur prête main-forte.

Selon les statistiques mondiales, plus de 2 milliards personnes souffrent de déficience visuelle ou de cécité. Parmi ceux-ci, au moins 1 milliard vit dans des régions aux revenus bas ou moyens.

Par Elvis Irambona

Articles similaires

Kasaï Central : plaidoyer pour l’amélioration des conditions carcérales des enfants

OKAPI CONGO

Kwiyanka kubera uko usa : ng’uyu umuti ubivura

YAGA BURUNDI

Congo-B : à Brazzaville, les ordures s’amoncelènt presque partout

RFI AFRIQUE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :