LE JOURNAL.AFRICA
ECONOMIE POLITIQUE

Burundi : les recettes ont connu une augmentation exponentielle

Depuis sa création en 2009, l’Office Burundais des Recettes (OBR) a connu une évolution dans sa collecte des recettes. Les recettes sont presque quadruples en une période de 12 ans. Elles sont passées de 362,7 milliards en 2010 à 1 240  milliards de francs burundais pour l’exercice 2021. Pour l’année en cours, l’OBR prévoit collecter 1 800 milliards de BIF.  

Mardi 6 décembre 2022, l’Office Burundais des Recettes a célébré la journée nationale du contribuable sous le thème « Payer avec fierté les impôts et taxes pour contribuer au développement du pays ». Jean Claude Manirakiza, commissaire général de l’Office Burundais des Recettes a indiqué que les statistiques de l’Office Burundais des Recettes révèlent que la valeur des importations au cours du deuxième trimestre 2022 s’élève à 580,2 milliards de BIF. S’agissant des exportations, elles s’élèvent à 52 Milliards de BIF. La balance commerciale dégage un déficit de 528,2 millions de BIF.

Jean Claude Manirakiza souligne que le taux de couverture des importations par les exportations  est de 9%. Et d’ajouter que tous ensemble, nous devons augmenter les efforts pour accroitre la production pour renverser cette tendance.

Dans son combat de lutte contre la fuite des recettes, dans son plan stratégique 2022-2027, cette office a mis en place une machine électronique qui permet de surveiller les factures délivrées par les vendeurs. Cette machine travaille en collaboration avec le serveur de  l’OBR.

Il explique qu’il existe des défis dans sa mission de collecte des impôts et taxes. Il rrévèle que certains administratifs et les employés de cette office mettent en difficultés leurs activités.

Évariste Ndayishimiye, président de la République du Burundi, critique les entreprises qui ne versent pas d’impôts et taxes dans le trésor public, mais choisissent de verser ces impôts dans les poches des hautes autorités en espérant que ces derniers puissent les protéger et continuer à couvrir leurs activités sans toutefois payer les taxes. Il a cité à titre d’exemple, la société de télécommunication Smart récemment fermée pour motif de non-paiement d’impôts. Il affirme que cette entreprise a tenté de verser des millions de corruption aux différentes personnes dans le but  d’obtenir l’autorisation de continuer de vaquer leurs activités, mais en  vain. Et d’ajouter que le pays n’acceptera jamais ce genre d’entreprises.

Selon  lui, ceux qui disent que le Burundi est un pays pauvre ont tort. Ce qui manque c’est la transparence de paiement d’impôts par certaines entreprises, aussi des marchés publics octroyés dans de mauvaises conditions. Il a précisé que tout contrat biaisé signé dans les années passé sera bientôt révisé.

Il a affirmé que plus de 1000 tonnes de minerais de terre rare vendus,  aucune souche de monnaie n’entre dans le trésor public. Il parle de minerais extraits à Gakara en commune Mutambu, province Bujumbura, et à Kabarore en province Kayanza. Et de souligner que cela handicape le développement.

A lire : Burundi : journée des contribuables, l’OBR se félicite de l’augmentation des recettes

Il explique par ailleurs que le minerai extrait à Kabarore avait la capacité de construire une bonne route menant à Bujumbura, jusque à Kayanza .Il a terminé son allocution mettant en garde ceux qui sont impliqués dans le détournement de la chose publique, que bientôt ils seront écartés de son gouvernement.       

Les meilleures contribuables sont  primées

Chaque année les contribuables qui ont augmentés la production et bien acquitté les impôts et taxes sont remerciés. Pour cette année, 5 personnes  physiques ou morales sont remerciés. La banque KCB a reçu le prix d’excellence (prix de l’ascension), un trophée d’honneur et une enveloppe de 3 millions. Cette banque a eu, sur deux exercices fiscaux, le taux de progression le plus élevé de l’impôt sur le revenu déclaré et payé. Les exercices qui sont considérés sont 2020 et 2021. Les  montants déclarés en 2021 ne doivent pas être inférieurs à 1 milliard BIF. Pour l’exercice 2020, l’impôt sur le revenu s’élevé à 147 367 350 BIF, et à 1 582 832 983 BIF en 2021, soit un écart de 1 435 465 633 BIF, avec un taux de croissance de 947 %.

Le second prix est le prix de conformité de facturation électronique plus une enveloppe de 2 millions. Ce prix revient à l’entreprise Burundi Tobacco  Company. 

Ensuite vient Roshanali sherali à la 3e positon,  importateur privé qui a effectué le nombre le plus élevé des transactions électroniques pour liquider les déclarations douanières en 2021. Le montant de la TVA collecté et renseigné via EBMS est le plus élevé.  La période considérée est de juillet, août et septembre 2022. Cette entreprise a effectué 300 paiements électroniques, dont la valeur est de 1 496 922 354 BIF.    

Moulin Mutoyi est le quatrième contribuable à être primé avec un certificat d’honneur plus une enveloppe de 2 millions, comme contribuable ayant déclaré et payé le montant le plus élevé de la TVA. Pour la période de juin à octobre, il a payé une somme de 28.356.181 BIF.

La dernière personne à être primée est le contribuable qui a aidé l’Office Burundais des Recettes dans la lutte contre la fraude. L’OBR s’est réservé de dévoiler le nom de ladite personne dans le but de la protéger.

Cette journée a été célébrée à Bujumbura, devant le chantier du stade Intwari, pour la 7è édition.

A lire aussi : Burundi – Vue d’ensemble

Pacifique Gahama   

Articles similaires

Burundi: Le candidat du CNDD-FDD à la présidentielle sera digne d’un leadership charismatique

LE JOURNAL.AFRICA

Centrafrique: plusieurs recours déposés pour annuler le scrutin présidentiel

RFI AFRIQUE

Marie Ntumba Nzeza :  » Notre diplomatie a besoin d’être relevée « 

OKAPI CONGO
%d blogueurs aiment cette page :