LE JOURNAL.AFRICA
ECONOMIE SOCIETE

Burundi : baisse des prix de l’huile de coton

Depuis le début du mois de janvier 2023, une nette diminution des prix de l’huile du coton s’observe dans les différents marchés et magasins de la capitale économique Bujumbura. Les vendeurs et les agriculteurs expliquent cette baisse par  l’augmentation de la récolte. 

Jeudi 19 janvier 2023, Il est 14 heures. Nous sommes sur la route menant vers Kinama dans les lieux où se trouvent les magasins qui commercialisent l’huile de coton importée et l’huile de coton produite par l’entreprise locale. Une nette baisse des prix de l’huile de coton est observée. Un seau de 10 litres de l’huile de coton produit par l’entreprise Savonor s’obtient à 69 500 BIF au prix du grossiste. Cette même quantité d’huile de coton coûtait 78 000 BIF au mois de décembre dernier. Un bidon de 5 litres d’huile de coton importé d’Ouganda se vend à 43 000 BIF contre  56 000 BIF du  novembre 2022.

Un consommateur croisé sur le lieu salue cette baisse  du prix, pour lui, cette baisse à diminuer  une petite somme d’argent consommé par jours. Avec 2 000 BIF, il prépare des aliments pour nourrir une famille de six enfants à base d’huile de coton pendant une journée. Il explique que le grand problème se trouve au niveau des autres denrées alimentaires. Il précise que depuis le mois de novembre de l’année dernière, un billet de 10 000 BIF ne peut pas satisfaire à nourrir la famille. Il demande au gouvernement de prendre des mesures nécessaires qui arrêtent l’inflation qui s’accélère de façon plus rapide.  Il propose au pouvoir en place de faire l’exonération des denrées alimentaires en provenance de l’étranger. 

A lire aussi : ZLECAF : clé pour libéraliser le commerce au Burundi ?

Une baisse qui permet de revoir à la hausse la quantité offerte au client

Jean Bizimana propriétaire du restaurant à Kinama, commune Ntahangwa de la capitale économique Bujumbura, pour lui, c’est un ouf de soulagement avec la baisse des prix de l’huile de coton. Il permet d’augmenter la quantité des aliments offerts aux clients. Il souligne que depuis la baisse des prix, son revenu a sensiblement augmenté. Le chiffre d’affaires est augmenté d’une somme d’argent comprise entre 20 000  jusqu’à 25 000 BIF.

Un cultivateur de palmiers explique que les palmiers ont un cycle de production. Donc, la production   augmente pendant le début de la saison de pluie jusqu’au mois de janvier. Puis elle reprend  au mois d’avril et de mai. Elle baisse  pour les mois de juin, juillet et août.

Au moment où le prix de l’huile de coton baisse, le prix des autres denrées alimentaires ne cessent pas d’augmenter. 

A lire aussi : Marché de Kamenge : Les consommateurs de l’huile de palme soulagés de la baisse de ses prix

Gahama  Pacifique

Articles similaires

La population appelée à dénoncer les cas de maltraitance infligés à l’enfant

RTNB BURUNDI

Mutualité de santé: un moteur de développement dans les ménages

RTNB BURUNDI

Guinée: entre chimpanzés et villageois du Fouta-Djalon, une cohabitation devenue compliquée [2/2]

RFI AFRIQUE
%d blogueurs aiment cette page :