LE JOURNAL.AFRICA
MEDIA POLITIQUE

À la Une: l’incertitude au Burkina Faso

Des tirs d’armes qui crépitent hier matin dans divers camps militaires de Ouagadougou ainsi que dans la ville de Kaya dans le centre-nord du pays, des populations terrées chez elles… Coup d’Etat ou mouvement d’humeur de l’armée ? Selon plusieurs sources ce matin, les militaires auraient maintenu leur emprise et le président Kaboré aurait même été arrêté…

Hier (dimanche) après-midi, rapporte le quotidien Aujourd’hui, « les mutins ont égrené les raisons de leurs sautes d’humeur résumées en 6 points : des moyens adaptés à la guerre asymétrique contre le terrorisme et des effectifs conséquents ; le congédiement des principaux responsables de l’armée ; une meilleure prise en charge des blessés de guerre et des familles des défunts ; l’évacuation des blessés de guerre des FAN ; la formation du personnel adapté à la menace ; et la constitution d’unités permanentes et collecte d’effectifs. Six injonctions de mutins militaires qui sont autant de coups de semonce, relève encore Aujourd’hui, pour signifier une césure avec certains de leur hiérarchie mais surtout un avertissement à grand bruit pour attirer l’attention sur le fait que, eux les hommes du rang, ne sont plus prêts à aller au casse-pipe terroriste sans être dotés d’un certain matériel et viatique nécessaire. »

Attention au départ de feu !

Alors, soupireContinuer la lecture de cet article sur RFI AFRIQUE

Articles similaires

La difficile succession de Rwagasore : l’affaire Casablanca et Monrovia

YAGA BURUNDI

Présidentielle au Niger: les tractations en vue du second tour ont commencé

RFI AFRIQUE

Burundi : ce qu’il faut savoir sur l’intronisation du roi

YAGA BURUNDI