LE JOURNAL.AFRICA
Analyse

Élections au Maroc: «Il y avait des signes annonciateurs d’un recul du PJD»

Members of Morocco's Islamist Justice and Development Party (PJD) hold a press conference in the capital Rabat to announce the resignation of its president Saad-Eddine el-Othmani and all members of its general secretariat, after it came in 8th in parliamentary and local elections, on September 9, 2021. - Morocco's long-ruling Islamists have suffered a crushing defeat in parliamentary elections, coming far behind their main liberal rivals, the National Rally of Independents (RNI) and the Authenticity and Modernity Party (PAM) seen as close to the palace, according to provisional results. (Photo by FADEL SENNA / AFP)

Après une décennie à la tête du gouvernement, les islamistes marocains du Parti de la justice et du développement (PJD) ont subi une véritable claque, mercredi 8 septembre aux législatives. Ces élections étaient organisées en même temps que les communales et que les régionales. Entretien avec David Goeury, géographe au laboratoire Médiations de Sorbonne Université et chercheur associé à l'organisation Tafra (la mutation), un centre créé en 2014 à Rabat et qui se donne pour mission d'améliorer la compréhension des citoyens du fonctionnement des institutions publiques.

Propos recueillis par notre envoyée spéciale à Rabat, RFI : Vous attendiez-vous à cette défaite des islamistes du PJD ? David Goeury : Il y avait des signes annonciateurs de ce recul. On voyait très clairement que le PJD était en situation difficile, car il avait déjà subi une défaite aux élections syndicales de juin, avec un fort reflux lors des élections qui concernaient les fonctionnaires publics et particulièrement dans leur bastion de l'Éducation nationale. Le PJD était donc en train de perdre son audience au sein de sa base militante. Ensuite, deuxième déconvenue pour le PJD : sa régression aux élections profess...   

Continuer la lecture de cet article sur RFI AFRIQUE

Articles similaires

Investissements: une bonne année 2020 pour les start-up africaines malgré la pandémie

RFI AFRIQUE

Umukobwa akoroye inda ntiyategerezwa kuvyishura wenyene

YAGA BURUNDI

Sommet du G5 Sahel: pour Niagalé Bagayoko «certains États souhaitaient la prolongation de Barkhane»

RFI AFRIQUE