LE JOURNAL.AFRICA
POLITIQUE

Médias: RSF s’inquiète des pressions sur les journalistes en Algérie

En Algérie, la pression exercée sur les journalistes inquiète Reporters sans frontières (RSF). Cette semaine, quatre journalistes du journal « Le Temps d’Algérie » ont été suspendus de ce média francophone proche du pouvoir.

L’un des quatre journalistes suspendus du quotidien Le Temps d’Algérie avait critiqué la Une du journal, qui portait sur « l’unanimité » des Algériens sur l’importance de l’élection du 12 décembre.

Pour Souhaieb Khayati, responsable du bureau Afrique du Nord de l’association RSF, le pouvoir algérien a toujours été virulent à l’égard des journalistes. Mais l’approche des élections accentue les tensions.

« C’est leur quotidien, les suspensions et les arrestations font partie du quotidien du journalisme en Algérie. La méfiance envers les journalistes y est la règle. Encore plus envers les correspondants des médias étrangers et des journalistes étrangers. Tout ça n’est pas exceptionnel. C’est les pratiques, cette attitude très agressive envers les journalistes et les médias qui caractérisent les autorités algériennes. Avec le Hirak, il est vrai que cette agressivité s’est transformée en volonté de museler tout média et tout journaliste indépendant. Mais bien sûr, à l’approche des élections du 12 décembre, il n’y a aucune adhésion des citoyens algériens. Les journalistes ne peuvent pas informer par rapport à ce désaveu. Donc, il y aura certainement un durcissement ces deux prochaines semaines. Ça, c’est clair. »

Une émission de débat également suspendue

Reporters sans frontières avait déjà dénoncé, début novembre, la suspension par la radio nationale algérienne de l’émission hebdomadaire de débat politique « Actuel ». L’ONG avait qualifié cette mesure d’« abusive » privant les Algériens de « leur droit à une information plurielle ». Deux sites internet d’information, TSA (Tout sur l’Algérie) et Interlignes, sont aussi inaccessibles en Algérie depuis plusieurs mois. En 2019, l’ONG RSF a classé l’Algérie à la 141e place au classement mondial de la liberté de la presse.

►À lire aussi : En Algérie, une pétition pour soutenir les journalistes de la radio nationale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :