AFRIQUE

[Reportage] Soudan: à Omdurman, l’insécurité règne aussi durant la nuit

Au Soudan, au bout de trois jours, la coalition civile décide de suspendre sa campagne de grève générale et de désobéissance civile. Un mouvement destiné à protester contre le massacre perpétré le 3 juin à Khartoum par les militaires au pouvoir et qui a fait plus de 115 morts. Les médiateurs éthiopiens ont ajouté que les négociations reprendront bientôt entre les deux camps. Cela n’empêche pas les habitants de vivre toujours dans la crainte. À Omdurman, la ville jumelle de Khartoum, l’insécurité concerne aussi la nuit. Les habitants disent que des gangs profitent de l’instabilité ambiante pour s’attaquent aux civils.

Ils sont une demi-douzaine de jeunes et discutent de leur prochaine patrouille. Ils sortiront vers 20h pour veiller à la tranquillité du quartier et empêcher ceux qu’on appelle les Niggers, un gang connu depuis plusieurs années à Khartoum, de s’en prendre aux habitants.

« Ils étaient là avant la révolution. Mais pas aussi nombreux. Le régime utilise les Niggers comme prétexte pour réprimer, justifier l’existence d’un Conseil militaire, raconte Mohamed Tahir. Avant ils avaient des bâtons, des couteaux, mais maintenant ils ont des armes à feu. Ils entrent dans les maisons, terrorisent et volent les habitants. Ils seraient une quinzaine par groupe. Ils seraient même transportés ensemble jusqu’ici par camion. »

Internet est coupé depuis l’attaque du sit-in. Les jeunes se débrouillent. Ils se reconnaissent avec des codes, en sifflant, avec la lumière de leurs téléphones, en s’appelant ou en s’envoyant des SMS. Et ces vigiles nocturnes assurent qu’il n’y a pas d’abus. « On se met aux carrefours. Si on voit un étranger, on l’arrête. On connaît tout le monde. On le fouille, on cherche des armes. On commence tard le soir. Tout est fermé, donc des gens extérieurs n’ont pas de raison de venir ici », explique Mohamed Haider Osman.

Problème dans leur récit : aucun n’a vu les Niggers. Aucun ne peut montrer une de leurs victimes. Il pourrait en fait s’agir d’une rumeur. L’Alliance civile a d’ailleurs mis en garde contre ces fausses informations diffusées selon elle par le régime, pour faire tomber les Soudanais dans la paranoïa.

Related posts

RCA: l’Assemblée nationale a un nouveau bureau… et des dossiers à traiter

RFI AFRIQUE

Annonce de la démission de Bouteflika: les réseaux sociaux s’agitent en Algérie

RFI AFRIQUE

Burkina Faso: les hôpitaux publics paralysés par une grève du personnel de santé

RFI AFRIQUE

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter Lire la suite