LE JOURNAL.AFRICA
EDUCATION

Gratuité de l’enseignement en RDC : le salaire réajusté des enseignements sera payé dès octobre 2019

Le gouvernement de la RDC s’engage à payer le premier palier des salaires réajustés des enseignants, dès le mois d’octobre 2019. Dans sa lettre datée du 27 août, le secrétaire général de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP), Jean-Marie Mangobe, indique que cette mesure est prise pour rendre effectif la gratuité de l’enseignement de base, au cycle primaire dès la rentrée scolaire 2019-2020.

Sans avancer des chiffres précis, la circulaire du secrétariat général de l’EPSP précise que les deuxième et troisième paliers seront payés dans le cadre de la loi des finances de l’exercice 2020.

La même source ajoute que le gouvernement devra payer à la paie d’octobre 2019, des indemnités de logement et de transport aux enseignants de la ville de Kinshasa et des chefs-lieux des provinces.

Les établissements publics d’enseignement primaire et les bureaux gestionnaires bénéficieront également des allocations des frais de fonctionnement réajustés, poursuit le même document.

D’autres mesures prises pour faciliter la gratuité de l’enseignement sont notamment la mise sous statut de 15 000 enseignants non payés des établissements publics d’enseignement primaire, et la suppression des frais d’organisation du Test national de fin d’études (TENAFEP). Ces frais seront désormais pris en charge par le trésor public.

Par ailleurs, le secrétariat général de l’EPSP rappelle l’interdiction de transformer les écoles en maison d’approvisionnement et de vente des fournitures et articles scolaires (uniformes, écussons, journaux de classe, cahiers, cravates, etc.)

Le coût global pour assurer la gratuité de l’enseignement au niveau du primaire dès la rentrée scolaire 2019-2020 en République démocratique du Congo s’élève à près de 2,6 milliards USD.

À l’issue de la table ronde sur la gratuité de l’enseignement qui s’est tenue à Kinshasa, les experts ont notamment recommandé au gouvernement congolais une bonne prise en charge des enseignants non payés et de nouvelles recrues, mais aussi d’améliorer le salaire de tous les enseignants.

Cependant Ntantu Mey, l’un des experts congolais en matière de l’éducation, pense qu’il y a « mieux à faire que la simple déclaration politique ».

« Vous savez que tout le monde attendait de cette table ronde des propositions concrètes. A mon avis ce n’est pas du concret. Il y a des précisions qui méritent d’être données, et le plus tôt possible serait le mieux », avait-t-il souhaité, au lendemain de la clôture de la table ronde sur la gratuité de l’enseignement.

Articles similaires

%d blogueurs aiment cette page :