LE JOURNAL.AFRICA
ECONOMIE TECHNOLOGIE

Burundi : l’innovation technologique, moteur du développement durable

Vingt candidats ont été retenus parmi les 1558 issus de toutes les provinces du pays, qui se sont inscrits via une plateforme numérique pour participer à la compétition de la seconde édition de la semaine de l’innovation des jeunes. Les domaines de la prise en considération sont le secteur agroalimentaire, l’environnement et la santé.

Le lundi 28 novembre 2022, Prosper Bazombanza, vice-président de la République du Burundi, a procédé au lancement officiel de la deuxième édition de la semaine de l’innovation des jeunes, organisée par trois ministères dont celui ayant la jeunesse, le commerce et la technologie de l’information dans ses attributions, en collaboration avec le conseil national de la jeunesse et le programme d’autonomisation économique des jeunes, avec l’appui technique et financier du PNUD, sous le  thème « Innovation des jeunes, pilier de l’accélération du développement économique ».

Prosper Bazombanza a indiqué que le terme choisi s’inscrit en droite ligne avec le plan national du développement qui a pour objectif global de développer l’économie burundaise pour une croissance forte, durable, résiliente, inclusive et créatrice d’emploi pour tous et l’amélioration du bien-être social.

D’après le vice-président, l’innovation est un facteur déterminant de la croissance de la nouvelle technologie. La tendance est d’apporter les réponses pratiques aux difficultés qui impactent le secteur commercial des nouveaux talents des jeunes et leurs entreprises. Et surtout de renforcer sous plusieurs formes les capacités entrepreneuriales des jeunes entreprises innovantes. 

Léocadie Ndacayisaba, ministre ayant les TIC dans ses attributions, a souligné que l’innovation a toujours été le moteur des avancées majeures des civilisations, quelle que soit de nature technologique, liée aux services ou qu’elle modifie le procédé d’un système déjà établi. En tant que moteur de changement, l’innovation et les technologies peuvent servir de moyens pour faire progresser le monde.

Elle a expliqué que le Burundi a mis en place une politique de développement des technologies de l’information et de la communication 2010-2025 adoptée en 2011; dans le but de s’approprier l’usage de ces technologies et d’accompagner la majorité de la population dans cette nouvelle ère de développement industriel et social, d’encourager les jeunes, les femmes et les handicapés à recourir aux TIC pour leur développement. 

A lire : RDC : Un étudiant énonce 13 théorèmes mathématiques

Une foire pour identifier les meilleures solutions !

Mme Léocadie a précisé que la foire de l’innovation vise à identifier, récompenser et accompagner les meilleures solutions qui démarrent par des procédés innovants et intégrant le genre dans l’apport de solutions à l’économie, à la technologie et à l’environnement, dans leur fonctionnement. 

Elle a précisé que, la foire est donc une opportunité pour les jeunes de démontrer leur savoir-faire et leurs compétences dans des solutions innovantes. C’est un point incontournable dans l’accélération du développement économique du Burundi. Étant donné que le monde entier est dominé par la jeunesse, il est donc logique que cette dernière soit la base du développement.

Selon elle, le gouvernement du Burundi ne cesse de manifester son soutien envers la jeunesse, et à inciter les jeunes à la promotion, à la valorisation des potentiels de cette jeunesse et à la facilitation de la mise en relation des jeunes avec d’ éventuels partenaires nationaux et internationaux.

Patrice, un jeune dont le projet a été sectionné, dit s’engager dans la lutte contre la pauvreté au Burundi en augmentant la production agricole à l’aide de nouvelles technologies. Il a indiqué que 85% de la nourriture consommée en Afrique est importée. Alors pour faire face à ces défis, il a mis en place des appareils analysant le sol, le PH et les autres paramètres pouvant permettre l’augmentation de la productivité agricole.  Il a mis aussi un appareil pour gérer les plantations et lutter contre les maladies. Avec son projet, la terre cultivable du Burundi aura la capacité de nourrir 30 millions d’habitants.

Cette compétition a été organisée sous forme de concours inclusif pour tous les jeunes, de tout genre, se trouvant dans la tranche d’âge de 18 à 35 ans.

A lire aussi : Pnud Burundi en action dans la promotion de l’innovation et l’entrepreneuriat des jeunes

Pacifique Gahama

Articles similaires

Côte d’Ivoire: la vente en ligne sauve le commerce du pays

RFI AFRIQUE

Les administratifs locaux appelés à se familialiser avec les TICs

RTNB BURUNDI

Burundi : une inquiétante flambée des prix de haricots en période de la récolte

LE JOURNAL.AFRICA
%d blogueurs aiment cette page :