LE JOURNAL.AFRICA
ECONOMIE SOCIETE

Burundi : interdiction de vente du maïs grillé légèrement ignorée

À moins de deux mois après l’interdiction de la vente du maïs grillé, les vendeurs désobéissant existent toujours dans les rues de la capitale économique, Bujumbura. Comme d’habitude,  tous les soirs les femmes vendeuses de maïs grillé sont au  rendez-vous aux points de vente.

Jeudi 16 mars 2023, il  est 18 h 30 au nord de la ville de Bujumbura. Nous sommes au quartier Carama  en zone Kinama sur la route séparant les quartiers Carama et Gatunguru. La commercialisation du maïs grillé s’observe. De passage, la population s’en procure. Regardant de gauche à droite, les vendeuses ont peur d’être attrapées par la police. Certaines parlent de l’insuffisance du capital pour s’orienter dans d’autres  commerces.

Vendeuse de maïs grillé depuis six ans, Jacqueline Butoyi ne voit pas comment s’orienter dans d’autres business.  Pour elle,  c’est un métier qui nourrit sa famille. C’est pourquoi, indique-t-elle, je retourne à mon travail malgré l’interdiction des autorités municipales.

« Je ne vois pas le problème de la vente de maïs grillé que ça soit au marché  ou dans la rue. Elle ne perturbe pas la sécurité du marché ou de la rue. L’essentiel est de faire le commerce avec soin », explique Mme Butoyi.

A lire : Burundi : l’inflation des prix de denrées alimentaires, une réelle menace à la sécurité alimentaire

Jacqueline Butoyi signale qu’elle a  choisi le métier  de la vente  du maïs au lieu de faire du vol ou de se prostituer. « Je demande aux autorités municipales de revoir  cette décision », déplore-t-elle.

Se demandant pourquoi le gouvernement encourage la création d’emplois et en même temps il prend des décisions contraires, Marie Goreth Kanyange, vendeuse du maïs grillé depuis 4 ans, trouve qu’abandonner ce business engendra la famine dans sa famille.

Claver Miburo, un consommateur rencontré tout près du camp Socarti Kamenge, salue les services offerts par ces femmes. En rentrant du travail, il préfère consommer le maïs grillé avant de prendre son dîner.

Le 3  février 2023, la mairie de Bujumbura a rendu public un communiqué interdisant la commercialisation de maïs grillé. À travers ce communiqué signé par le Maire de la ville de Bujumbura, Jimmy Hatungimana, il est interdit de vendre le maïs grillé dans la rue ou au marché.

A lire aussi : Rumonge : le gouverneur interdit la vente de maïs grillé

Pacifique Gahama

Articles similaires

Minerais : bonne gouvernance et transparence manquent à l’appel ?

YAGA BURUNDI

RDC-UVIRA : Les sinistrés manifestent contre la malveillance de leur aide

LE JOURNAL.AFRICA

Flambée des prix à Kinshasa : le gouvernement provincial appelé à diligenter des missions de contrôle

OKAPI CONGO
Verified by MonsterInsights