SOCIETE

Bujumbura : être populaire… À quel prix ?

Restaurants chics, bars branchés, vêtements et sacs de marque, … Vous les avez déjà vues, ces filles qui ont une vie de rêve sur les réseaux sociaux. J’ai voulu leur ressembler. À mes dépens.

Le gros de mes journées, je le passais sur les réseaux sociaux. Je trouvais que c’était un bon moyen de passer le temps. Je m’appelle Nadia (pseudo), j’ai 24 ans et je suis étudiante. Mon réseau préféré est Instagram. Je pouvais y passer des heures à m’abreuver de nouvelles tendances surtout en matière de mode et de beauté, mes passions.

Toutes ces filles, qui postaient chaque jour une photo d’elles, dans des vêtements chics, au resto, à la plage, dans des soirées, je les enviais grave. Je voulais leur ressembler. Avoir leur vie. Être au top comme elles. Il y avait particulièrement un groupe de cinq filles qui me fascinait. Je les trouvais tellement belles et elles semblaient avoir une vie tellement parfaite… Elles étaient «à la page» comme on dit. Qu’est-ce que ma vie et ma page Instagram paraissaient bien insignifiantes à côté de leurs milliers d’abonnés, de likes et de commentaires sur leurs photos… Je rêvais moi aussi d’avoir une telle vie. <..

..Continuer la lecture de cet article sur YAGA BURUNDI

Related posts

Les Chroniques du Vagabond : « Mr et Mme Je Sais Tout »

AKEZA NETWORK

Déchu du capitanat, Icardi sèche le prochain match de l'Inter

FOOTBALL FR

Santé: Mobiliser 14 milliards de $ pour vaincre la Tuberculose, le SIDA et le Paludisme

AKEZA NETWORK

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter Lire la suite