LE JOURNAL.AFRICA
SANTE

Santé: un dépistage précoce réduit les risques du cancer du sein

Les médecins et prestataires de la santé au Burundi sonnent une alarme sur le dépistage précoce du cancer du sein. Sur 914 cas enregistrés de cancers de toute catégorie au Centre Médico-Chirurgical de Kinindo (CMCK), 387 sont des cancers du sein soit 50.7%. Une auto-examination (ou autopalpation) est conseillée par ces professionnels pour connaître l’état de santé de leurs seins.

Dans une séance de sensibilisation sur le dépistage précoce du cancer du sein, l’Université de Lumière de Bujumbura (ULBU) en collaboration avec l’Association UZIMA a organisé une formation de quatre jours (du 17 au 20 octobre) à l’endroit des étudiants de la faculté des sciences de la santé de ces deux établissements (campus Kinindo et Mutanga) pour faire connaître l’impact de la maladie ainsi que les modes de prévention étant donné que la pathologie ne dispose pas encore jusqu’à ce jour de cure .

Dans son exposé, Chanel Mabano, médecin a expliqué que sur base des résultats des consultations avec les médecins au CMCK, sur 914 cas de toutes catégories de types de cancer,  387 sont dus au cancer du sein soit 50.7 % et les autres types de cancer restant ( prostate, Gorge, utérus) sont évalués à un taux de 49.3%. Pour lui, plusieurs patients viennent dans les consultations tardivement alors que la maladie a déjà gagné son terrain, au dernier stade(4) qui est estimé à l’échelle mondiale comme un stade ou le patient a peu de chances de survie (22%) avec plusieurs médicaments à l’appui.

M.Mabano fait savoir qu’au CMCK, parmi les patients qui se sont dépistés, on trouve ceux qui sont venus tardivement cela veut dire au stade 4 et sont autour de 61.4 % tandis que ceux qui sont venus ayant au stade 3 c’est-à-dire avec un traitement curatif sont à 35%.

Pour Buja Path, un centre de dépistage de différents types de cancers au Burundi, Madame Chamy Mikaza dit que sur un total de 127 patients dépistés depuis le mois de janvier 2022 jusqu’à mi-octobre, 89 patients soit 70% ont un cancer du sein. Pour  elle, la plupart de ses patients viennent en retard exactement au stade 3 où ont le administré directement à des traitements curatifs parfois de la chirurgie et la chimiothérapie suivant l’état d’avancement du cancer.

Selon les statistiques de 2020 de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 685 mille femmes sont mortes par le cancer du sein. Avec ces chiffres, cette agence onusienne déclare dans cette année que le cancer du sein a été la première cause de mortalité des femmes surtout dans les pays à faible revenu.

Les défis que rencontrent les patients du cancer du sein

Parmi les problèmes que rencontrent les patients du cancer du sein, M. Mabano martele un retard de consultation  qui va avec l’absence de dépistage du cancer du sein et le manque des moyens financiers qui sont très limités, il arrive que le ministère de la solidarité intervient pour couvrir les frais et traitements de certains patients incapables de payer au CMCK. Il ajoute le manque des plateaux techniques de diagnostic et de prise en charge.

A lire : Burundi: la lutte contre la lèpre est primordiale pour le gouvernement

Mme. Mikaza, médecin indique que les médecins proposent un manuel de procédure de traitement suivant les différents stades de cancer du sein (stade 1, 2, 3, 4), premièrement une détection précoce du cancer suivi du traitement efficace, la chirurgie, la radiothérapie (trouve ailleurs en Tanzanie et au Kenya) et la chimiothérapie ainsi que le traitement des médicaments.

La prévention est prioritaire par rapport à la guérison

Innocent Mugisha, médecin et membre de l’Association UZIMA suggère l’auto-examen (ou autopalpation) des seins. Cette méthode permet aux femmes et aux hommes de connaître l’état de santé de leurs seins, en les observant et les palpations de manière régulière afin de détecter un changement, de découvrir un signe anormal ou une masse suspecte.

Pour les femmes et filles ayant leurs règles menstruelles, M. Mugisha précise qu’il faut compter 4 jours ou 5 jours après les arrêts des règles menstruelles pour faire cet exercice de palpation au niveau des seins afin de détecter un signe inhabituel ou une masse.

Quant aux femmes ayant déjà atteint l’âge de la ménopause, ce médecin indique qu’elles doivent prendre une date inchangeable chaque mois pour répéter le même exercice toujours dans le but de savoir l’état de santé de leurs seins.

M.Mugisha continue en avertissant que lorsqu’on se palpe le sein et qu’on ressent une chose inhabituelle sur cette partie du corps, il est conseillé de directement se rendre dans les hôpitaux pour faire une consultation avec le médecin et faire un dépistage précoce pour voir si c’est le cancer du sein ou une anomalie quelconque.

Signalons que le diagnostic précoce du cancer du sein permet de prolonger l’espérance de vie avec moins de traitements.

A lire aussi : Dépistage des cancers du sein : les réponses à vos questions

Blandon Uwamahoro

Articles similaires

COVID-19 : Suspension momentanée du trafic entre Goma et Bukavu

OKAPI CONGO

Ebola : 3 nouveaux cas enregistrés à Beni après une période d’un mois sans cas positif

OKAPI CONGO

Sénégal: atteint d’une maladie rare, un étudiant va être opéré en France

RFI AFRIQUE
Verified by MonsterInsights