LE JOURNAL.AFRICA
SANTE

Site Muyange I: Un désert médical

Site de Muyange
A Gihanga, sous colline Muyange en province Bubanza, la population de sites de Muyange I fait plus de 5km pour arriver au centre de santé le plus proche. De ce fait, elle plaide pour la construction d’une structure sanitaire publique dans leur localité afin de réduire les distances parcourues chaque fois pour arriver à un centre de santé.

« Nous avons besoin d’une structure sanitaire publique pour notre site Muyange I, car nous sommes fatigués des longs trajets parcourus à pied chaque jour. Pour pouvoir se  faire soigner. Il faut aller dans d’autres sous colline comme celle de Mudubugu »,  dit Eliane Ndikumana, habitant du site de Muyange I.

“C’était en juillet 2021.  Il était aux environs de 21 heures. Ce jour-là, je suis passé dans la vallée de la mort”, relate M. Hatungimana. « J’allais mettre au monde mon sixième enfant. C’était un samedi soir vers 21h. L’obscurité était totale. J’ai commencé à avoir des contractions et j’avais besoin d’être évacuée vers l’hôpital. Comme le malheur ne vient jamais tout seul, j’ai manqué de transport et mon mari n’avait aucun sou pour le transport.”

“Les voisins nous ont aidés et m’ont acheminé à l’hôpital avec une moto qu’ils ont payée trois mille francs. À cause de la longueur du trajet, je commençais déjà à saigner et je perdais beaucoup de sang. Heureusement, le docteur a procédé à une opération rapide et Dieu a fait grâce,  mon bébé est sorti sain et sauf. Après  cette opération, on m’a fait une transfusion sanguine et une semaine après, ils m’ont renvoyé à la maison sans payer aucun sous.”

Emelyne .H, demande l’installation d’un centre de santé public sur la sous colline Muyange I pour avoir des médicaments mais aussi pour mettre au monde sans faire des kilomètres.

Gervais Ndayizeye, un vieillard de plus de 50 ans, malade depuis plus de 2 ans, affirme que son grand souci est qu’il manque comment arriver à Buramata pour demander encore quelques médicaments afin de diminuer  les douleurs puisqu’ il est indigent et qu’il lui  manque de l’argent pour se faire soigner.

A lire :  Burundi: Le code des assurance refait peau neuve

Gervais. N pointe du doigt un problème de la carte mutuelle pour la catégorie de son âge mais aussi sans oublier de demander un hôpital public pour diagnostiquer sa maladie.

L’administration est au courant du problème

Ildephonse Bazirutwabo, conseiller de l’administrateur, précise qu’il a déjà inscrit le projet de la construction d’une structure sanitaire publique parmi les projets de développement de cette commune. Il espère que dans les jours à venir cet hôpital public va être érigé dans la sous colline Muyange I.

Benoit Barushubwira, représentant légal de l’ONG charité sans frontières fait savoir que l’organisation a donné à cette population un don de 70 carte d’assurance maladie(CAM) d’ une durée d ‘un an pour la catégorie des personnes en âge avancé de 60 ans et plus. Mais aussi quarante tôles ont été donnés par cette même ONG caritative aux veuves et vieillards qui ont des maisons datant de longtemps avec des tôles déjà rouillées et même endommagées afin que ces derniers puissent dormir tranquillement en cette saison de pluie.

Signalons que ce camp de déplacés affiche 13 ans d’existence sur la sous colline Muyange et le problème de manque d’un hôpital public n’est pas la seule à résoudre dans cette localité, il reste encore d’autres choses à faire, surtout qu’ils manquent  de terres à cultiver.

A lire aussi : Burindi : La terre au cœur des préoccupations des rapatriés

Blandon Uwamahoro

Articles similaires

Ituri : 3 nouveaux cas d’Ebola confirmés à Mambasa

OKAPI CONGO

Covid-19 au Gabon: le durcissement des mesures sanitaires suscite des mécontentements

RFI AFRIQUE

Soins d’urgence sans conditions pour les accidents routiers : qu’est-ce qui va changer ?

YAGA BURUNDI
%d blogueurs aiment cette page :