LE JOURNAL.AFRICA
Droits de l'Homme

Droits de l’homme en Centrafrique: «depuis trois mois, il y a une résurgence des groupes armés dans le pays»

L'expert indépendant de l'ONU sur les droits de l'homme en Centrafrique s'inquiète d'un rebond des violations des droits humains dans le pays depuis le début de l'année. Le juriste togolais Yao Abgetse vient de livrer un point sur la situation au Conseil des droits de l’homme des Nations unies. La moitié des violations recensées sont le fait des forces de sécurité, des agents étatiques et de leurs alliés, notamment russes ; l'autre moitié est du fait des groupes armés, qui depuis quelques mois se montrent plus actifs. Autre inquiétude : la brouille avec les partenaires financiers pourrait amener à une dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire, alors que 63% de la population a déjà besoin d'aide humanitaire ou de protection. 

RFI : Selon les chiffres de la Minusca sur lesquels vous vous appuyez, après une baisse entre le premier et le second semestre de 2021, les violations des droits humains sont fortement reparties à la hausse entre janvier et juin 2022. Comment vous l’expliquez ?

Yao Agbetse : De janvier à juin 2022, il a été documenté plus de 436 incidents qui impliquent plus de 1 319 victimes, et ce qui explique surtout cette situation, c’est qu’il y a une résurgence, en fait, au niveau des groupes armées depuis trois mois. On constate que les mouvements qui font partie de la CPC attaquent régulièrement les positions des Faca et les populations civiles un peu partout dans le pays, notamment au nord-est, de la Haute-Kotto, à Ouadda Djallé près de la frontière avec le Soudan, dans la Vakaga, à Dimbi dans la Basse-Kotto. Donc un peu partout dans le pays, il y a ces attaques de la part des groupes armés, notamment de la CPC et plus particulièrement de l’UPC. 

► À lire aussi : Centrafrique: le constat alarmant de la cheffe de la Minusca

Yao Agbetse, une de vos inquiétudes, c’est que les crispations entre Bangui et les partenaires financiers qui ont coupé leur aide budgétaire directe aient un fort impact sur le respect des droits humains dans le pays. Vous dites, « si la ...   

Continuer la lecture de cet article sur RFI AFRIQUE

Articles similaires

RDC/Torture des femmes à la Prison de Makala : “Le calme y règne” (André Lite, Droits Humains)

POLITICO CD

Mali: libération d’un humanitaire nigérien enlevé dans la région de Gao

RFI AFRIQUE

Congo-B : l’OCDH milite pour inscrire les crimes de torture dans le code pénal

RFI AFRIQUE
Verified by MonsterInsights