LE JOURNAL.AFRICA
CULTURE SOCIETE

RDC-Fizi : un coq, un mariage chez les Bembé

Dans la tradition bembé, l’absence du coq lors de la cérémonie de la dot équivaut à un refus catégorique de la main du futur mari de la part de la famille de la jeune fille. Après des discussions houleuses entre les deux familles, la fille doit offrir à son tour un coq à son futur mari comme signe d’acceptation. 

En République Démocratique du Congo en  province du Sud-Kivu, dans le territoire de Fizi, région habitée en grande partie par les gens du tribu bembé. La communauté  bembé  dans  leur coutume  exige à la famille de la future épouse à offrir un coq au futur marié.  Pour passer à l’étape du mariage, il y a deux à trois étapes à suivre;  le jeune garçon doit aller se présenter à la famille de la jeune fille.

Devant toutes les familles, la jeune fille doit donner au jeune garçon le coq pour affirmer qu’il est son fiancé et son futur conjoint en tout consentement. À la fin des cérémonies de la dot, le jeune homme rentre avec une partie de la poule (gésier du coq)  afin de confirmer son acceptation de la famille de la jeune fille dans son campement. Après avoir mangé la viande, lors de la séparation, le jeune garçon qui est toujours accompagné de son porte-parole, doit librement décider du jour où ses parents iront se présenter auprès de la famille de sa fiancée. Après le délai convenu, les parents du futur marié vont se présenter à la famille de la jeune fille. La famille de la future mariée va commencer à leur offrir une chèvre avant un coq, ce qui devient un signe de contrat et d’alliance entre les deux familles d’après le témoignage de M. Amini Mteule.

Dans la coutume bembé, lors de la dot si on ne donne pas le coq au jeune garçon, cela entraine le refus catégorique de la demande au mariage, car l’élément important qui est présenté  c’est le coq. Après d’autres éléments doivent suivre tels que la chèvre, un casier Fanta, un pagné remplie de la patte de tapioca. 

A cause de la joie, il y aura des slogans qui seront scandées par la famille de la jeune fille. « Ibocwa, Búkúndá, mhhhh !» (Nous tous, nous sommes des humains, dotez-nous, oui ». Ce pendant la famille de la conjointe donnera un coq à leur fille pour qu’elle l’offre à son fiancé. Ajoute-t-il  Amini Mteule 

Du côté prix, le coût varient selon le niveau d’étude de la jeune fille.  A Misisi et à Itombwe la dot se paie en minerais tels que l’or et non en monnaie. Car c’est les minerais qui sont mieux porter. Malgré les changements sociaux qui peuvent survenir, le prix de la dot ne connait pas de plafond   fixe. Cela dépend du niveau de vie des familles qui veulent s’unir. Chez les bembés lors de la dot, il y a des rites à suivre qui marqueront le signe de consentement. 

Pour terminer, le prix de la dot d’une fille illettrée est moins élevé par rapport à une jeune  fille  à un niveau d’étude supérieur. Une jeune  fille qu’elle a  étudiée est très considérée, pour eux, le montant sera plus élevé, a témoigné Mme Eto Apolina.

Rappelons que la république démocratique du Congo  compte plus de 450 tribus et chacun de lui possède sa propre culture.

Kiza Mulongecha

                                                                                                                                                                                                                                                          

Articles similaires

« Allô chérie, tu as vu l’heure ? » : on en a marre

YAGA BURUNDI

Croyance et technologie : bienvenue à l’ère des chrétiens 2.0

YAGA BURUNDI

RDC: le prépaiement de l’électricité ne convainc pas totalement les consommateurs

RFI AFRIQUE
%d blogueurs aiment cette page :