LE JOURNAL.AFRICA
ENVIRONNEMENT

Afrique : le réchauffement climatique, un cauchemar pour le continent

réchauffement climatique en Afrique
solar panels and windmill power plant
Certes, l’Afrique est le continent le plus touché par le réchauffement climatique que le reste de la planète. D’après le sixième rapport du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), les températures du continent pourraient augmenter de 3,6o C si la température médiane mondiale augmente de 2o C.

Le Sahara, la corne de l’Afrique, l’Afrique centrale devraient avoir des pluies intenses et des inondations extrêmes. De plus, l’Afrique australe et de l’Est subiront des vents tropicaux plus élevés et des cyclones de catégorie 4-5.

Selon ce rapport, le niveau des mers sur le continent continuera à s’élever. Cela augmentera la menace d’inondations côtières.

Des dégâts aussi lourds !

Le rapport indique que quatre africains sur cinq utilisent de la biomasse pour cuisiner. Par conséquent, environ 600 000 personnes décèdent par an à cause de la pollution atmosphérique domestique.

Il y a cinq ans, l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe étaient secouées par les sécheresses causées par le phénomène El Niño. Ensuite en 2019, les cyclones tropicaux Idai et Kenneth ont affecté les économies du Mozambique, du Malawi et du Zimbabwe. Plus 800 personnes ont péri et les pertes se sont élevées à 2 milliards d’USD. Aussi le cyclone Eloise a fait des ravages dans la même région en janvier 2021.

A lire : Burundi: Le code des assurances refait peau neuve

Un combat pas aussi facile à gagner

Le monde devrait accélérer la transition vers des systèmes à zéro émission de gaz à effet de serre dans le secteur énergétique comme signalé dans le 6e rapport du GIEC et du récent rapport de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) sur l’énergie nette zéro d’ici 2050.

Par ailleurs, le continent africain a le programme « YOUTH ADAPT ». Ce programme vise l’autonomisation des jeunes pour l’entrepreneuriat et la création d’emplois dans le cadre de l’adaptation et la résilience climatiques.

Selon les estimations du rapport du GIEC, le continent africain pourrait avoir besoin de 331 milliards de dollars jusqu’en 2030. Cela pour faire face au changement climatique.

Pour l’instant, le financement de l’adaptation ne représente que 10 % du financement climatique mondial. Dans l’ensemble, seuls 19 % environ du financement international total de l’adaptation sont programmés en Afrique. Pourtant, le continent reçoit une proportion insignifiante de 3 % du total des flux mondiaux de financement de l’action climatique.

Rappelons que les assemblées annuelles 2022 du Groupe de la Banque Africaine de Développement se tiendront à Accra au Ghana du 23 au 27 mai sous le thème « Favoriser la résilience climatique et une transition énergétique juste pour l’Afrique ». La conférence des Nations unies sur le climat (COP 27), quant à elle, est prévue en novembre 2022 à Sharm El Sheikh, en Égypte.

A lire aussi : La sortie du charbon de la Grèce : une transition dont peuvent s’inspirer d’autres pays

Kiza Mulongecha

Articles similaires

IGEBU : un système d’alerte climatique fortement recommandé

RTNB BURUNDI

Burundi : Le changement climatique, parmi les sources des violences

LE JOURNAL.AFRICA

RDC: la province du Sud-Ubangi sous les eaux

RFI AFRIQUE
%d blogueurs aiment cette page :