LE JOURNAL.AFRICA
EDUCATION

Gitega: Les motards parmi les auteurs de grossesses non désirées en milieu scolaire

Plus de 10 000 abandons scolaires au cours de l’année scolaire précédente dans la province Gitega. 2 000 cas dans la seule commune de Gitega avec 40 cas de grossesses non désirées. Les autorités éducatives provinciales comptent plus de 10 000 cas chaque année dans ces 3 dernières années scolaires. L’administration communale pointe du doigt les motards.

C’était ce mercredi 23 aout à l’École Paramédicale de Gitega lors d’un échange entre l’administration provinciale et communale, l’éducation, la santé avec les parents et les jeunes des quartiers  Shatanya, Musinzira, Nyamugari et Rutegama dans la commune Gitega.

Bernard Ndabahagamye, Directeur Provincial de l’Éducation à Gitega, a déclaré que ces chiffres étaient alarmants. Ces abandons sont en principe liés à la pauvreté ce qui incite les jeunes à se lancer dans des petites entreprises et à la consommation de stupéfiants.

Dr Magorwa Jean-Bosco, médecin provincial adjoint de Gitega, enregistre 25 cas de victimes de stupéfiants en 2018 qui ont été amenés à l’Hôpital de Gitega. Il a également signalé que 955 cas de grossesses non désirées chez les jeunes de moins de 24 ans infectés par le VIH/Sida, ont été sensibilisées sur la santé sexuelle et de la reproduction. 1/3 de ces cas est dans le milieu urbain. Pour cette année, il n’y a que 134 cas seulement.

Dr Sylvie Nzeyimana, qui dirige le centre Humura de Gitega, a déclaré qu’avec l’an 2019, il y a 115 cas de violence sexuelle  enregistré et 19 cas en état de grossesse.

Plus de 80% des motards sont les auteurs de grossesses non désirées.

 Valentin Nahimana, administrateur de la commune Gitega demande aux motards de revoir leurs comportements. Les parents disent que la dégradation de la situation est dû à la modernisation, ainsi qu’aux jeunes qui ne veulent pas écouter les conseils des parents.

Venant Manirambona, le gouverneur de Gitega appelle à l’éducation de base « ikiyago co ku ziko » et promet de renforcer ces sensibilisations afin de sauver la jeunesse burundaise.

Par Willy Ntakarutimana

Articles similaires

Un tract trouvé le matin devant le bureau du préfet des études de l’Institut rutshuru à Rutshuru

LE JOURNAL.AFRICA

À Madagascar, le Covid-19 nuit fortement au milieu scolaire

RFI AFRIQUE

Tunisie: des étudiants en grève, inquiets pour la liberté d’expression

RFI AFRIQUE
Verified by MonsterInsights