• Home
  • SOCIETE
  • Counterpart international clôture ses activités
SOCIETE

Counterpart international clôture ses activités

Counterpart international a organisé jeudi 14 mars 2019, un atelier de présentation des résultats du projet « jeunesse pour la consolidation de la paix au Burundi II » financé par l’Agence Américaine pour le Développement (USAID). Les activités de ce projet seront clôturées le 31 mars 2019.

Le Directeur Adjoint de Counterpart international Joël Nibigira a indiqué que le projet a travaillé dans 13 communes des provinces Kayanza, Ngozi, Gitega, Karuzi, Ruyigi, Rutana et la Mairie de Bujumbura.

Le projet a contribué au renforcement des capacités de la jeunesse en vue de la maintenir en dehors des conflits. Ainsi, 46 activités ont été organisées dans les communes d’intervention. Le projet a offert à 513 jeunes des opportunités économiques et sociales pour une participation constructive. Ils ont été formés en entrepreunariat et 513 plans d’affaires ont été élaborés et validés. Par ailleurs, 293 jeunes ont reçu des crédits financiers pour la mise en oeuvre des projets.

Joël Nibigira a précisé que 93% des bénéficiaires de subsistance économique ont réduit leur risque de participation dans les violences en consolidant la paix et en prévenant les violences. Ce programme a permis à 8500 participants de prendre part à 15 événements de sensibilisation communautaire pour la cohésion sociale.

Le Secrétaire Permanent au ministère de la jeunesse, des postes et de technologie de l’information a invité les jeunes à investir dans le pays et éviter les manipulations politiciennes.

Il a indiqué qu’à travers les visites de terrain et les rapports périodiques, le projet a eu un impact sur la vie des jeunes en particulier et des communautés en général.

Le fait que ces jeunes sont formés et renforcés en entrepreneuriat et dans l’élaboration des projets entrepreneurials, qu’ils ont bénéficié d’un appui pour leurs micro-projets et d’un accompagnement témoigne encore une fois que cette ONG a bien fait pour notre pays, a précisé le Secrétaire Permanent.

Related posts

Les confessions religieuses appelées à contribuer dans la consolidation de la paix

RTNB BURUNDI

« Non, le 8 mars n’est pas une autre Saint Valentin !»

YAGA BURUNDI

Que sait-on de la cybercriminalité au Burundi ?

AKEZA NETWORK

Leave a Comment