LE JOURNAL.AFRICA
Analyse

Sénégal: le Timbuktu Institute s’intéresse aux zones frontalières et à leurs vulnérabilités

TO GO WITH AFP STORY BY CLAIRE RAINFROY Remains of dead trees, due to rising sea levels, are pictured on May 7, 2013, on the beach of the village of Doun Baba Dieye, northern Senegal. Located a few miles from the northern city of Saint Louis, Doun Baba Dieye was swept away by the rise of the sea level. The rise of the sea level is due to global warming and the opening of an artificial canal, according to a report published in 2008 by the United Nations Agency for Human Settlement in Africa's director Alioune Badiane. AFP PHOTO / SEYLLOU
Le Timbuktu Institute a présenté, ce mardi 12 avril 2022, sa nouvelle étude intitulée « Crise sahélienne et nouvelles dynamiques socioreligieuses dans la moyenne vallée du fleuve Sénégal », à la frontière de la Mauritanie et du Mali. Le rapport s’intéresse notamment à la résilience des populations de la zone face au risque d’extrémisme violent.

Avec notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac

C’est un vaste territoire, un carrefour, loin des capitales. L’étude se focalise essentiellement sur les régions de Matam au Nord, et de Tambacounda au Sénégal oriental. Des zones qui manquent de services sociaux de base et qui sont régulièrement agitées par des conflits fonciers, souligne le rapport.

Pratiques religieuses en évolution

Continuer la lecture de cet article sur RFI AFRIQUE

Articles similaires

Burundi : « Qui se soucie vraiment des statistiques ? »

YAGA BURUNDI

Sommet Russie-Afrique : trois raisons qui expliquent la présence du Burundi à Sotchi

YAGA BURUNDI

Statues de colon: «La nature de ces symboles doit être dénoncée comme structure de domination»

RFI AFRIQUE