LE JOURNAL.AFRICA
SÉCURITÉ

Le général Namata, commandant de la force conjointe du G5 Sahel, défend la force Barkhane

Le général nigérien Oumarou Namata, commandant la force conjointe du G5 Sahel, était ce mercredi 2 décembre en déplacement à Paris. RFI a pu le rencontrer en exclusivité. Le général Namata assure que la force conjointe, trois ans après sa création, a désormais atteint la maturité dans la lutte contre les groupes armés terroristes. Si la présence militaire au Sahel s'internationalise avec l'arrivée progressive de la force européenne Takuba, le général Namata juge cependant prématurée une réduction du format de la force Barkhane évoquée ces derniers mois par certains observateurs.
RFI : Général Namata, l’activité de la force conjointe a été particulièrement soutenue ces dernières semaines. Vous avez participé aux côtés de Barkhane à l’opération « Bourrasque » dans la zone des trois frontières, quel a été votre rôle ? Général Oumarou Namata : Bourrasque est une opération montée par Barkhane, notre mission a consisté a effectuer des couvertures, avec des ordres clairs d’interdiction de franchissement du fleuve Niger, qui constitue la frontière naturelle entre le Liptako et le Gourma. Lors de cette opération, nous étions amenés à constituer des groupes de combat mixtes Barkhane/Force conjointe, ce qui auparavant ne s’était jamais produit. L’intégration, l’harmonisation de nos actions est à saluer à ce titre. L’État-Major conjoint à Niamey, avec la force Barkhane, prouve ainsi son efficacité ? Le poste de commandement conjoint, qui est l’émanation du mécanisme de commandement conjoint, une directive politique issue du sommet de Pau en janvier dernier, a permis d’obtenir d’importants résultats non seulement en matière de coordination, mais su...   

Continuer la lecture de cet article sur RFI AFRIQUE

Articles similaires

Soudan: tirs dans deux bases des services sécurité à Khartoum

RFI AFRIQUE

Terrorisme au Nigeria: les capacités de l’armée de nouveau remises en question

RFI AFRIQUE

Mambasa : des hommes armés attaquent une équipe de riposte contre Ebola à Biakato

OKAPI CONGO