LE JOURNAL.AFRICA
SOCIETE

Enfants issus de l’adultère : des perdants à tous les coups

Récemment, l’histoire d’une femme policière qui a brûlé l’enfant de son mari et sa maîtresse a fait le tour des réseaux sociaux. Quand j’ai eu connaissance de cette histoire, qui est une parmi beaucoup d’autres malheureusement, je me suis posé plusieurs questions sans réponses.

Voici ma première interrogation : quelle faute avait commis cet enfant pour finir le ventre brûlé au deuxième degré ? Et la deuxième : pourquoi cette policière s’en est-elle prise à un innocent au lieu de s’attaquer aux adultes concernés ou précisément à son mari avec qui elle avait un engagement de fidélité ? Personne n’a pu me répondre.Le plus triste, c’est de se dire que ces situations peuvent être évitées mais ne le sont pas toujours. Faire un enfant en dehors du mariage est une chose, mais pourquoi le ramener au sein du foyer conjugal si ce n’est que pour l’exposer à la frustration et la haine de la cocue ? En effet, beaucoup d’hommes sont convaincus que la femme naît naturellement programmée pour la maternité et qu’elle peut élever un enfant peu importe qu’il soit le sien ou pas. Ceci fait qu’ils vont donc récupérer leur descendance extraconjugale pour les ramener dans leurs foyers en vue de les élever ensemble avec les enfants légitimes. Une erreur pour la plupart des cas qui peut être fatale à l’enfant innocent issu de l’adultère. Ce dernier sera souvent maltraité par sa belle-mère qui verra toujours en lui le fruit de la trahison de son mari.  Sous la pression des dictons burundais du genre « Niko zubak...   

Continuer la lecture de cet article sur YAGA BURUNDI

Articles similaires

RTNB: un cadre de dialogue avec le personnel fortement recommandé

RTNB BURUNDI

Ouganda: les imams s’organisent pour un ramadan sans grand rassemblement

RFI AFRIQUE

Connaître à l’avance le sexe du bébé : pour ou contre ?

YAGA BURUNDI