LE JOURNAL.AFRICA
SOCIETE

Nonuplés maliens nés au Maroc: un défi inédit pour les soignants

De Tombouctou à Casablanca, en passant par Bamako, plusieurs médecins se sont mobilisés pour donner à Halima Cissé ainsi qu'à ses bébés toutes ses chances de survie. Cette Malienne de 26 ans a donné naissance à des nonuplés le 4 mai dernier. Retour sur une grossesse et un accouchement uniques au monde à ce jour.

De notre envoyée spéciale à Casablanca,Sur son téléphone portable, le Dr Yazid Mourad conserve la vidéo de ce matin du mardi 4 mai, une césarienne dont il se souviendra toute sa vie. Une intervention au son de la voix de la chanteuse libanaise Elissa. « Je mets toujours de la musique quand j'opère. La seule chose que j'ai regrettée, c'est de pas avoir mis de la musique malienne. »

Retour sur un accouchement unique

Ce matin-là, le bloc est plein. Aux côtés du Dr Mourad, du renfort pour prendre en charge l'inévitable hémorragie du post-partum qui attend Halima Cissé avec un utérus aussi distendu. Et une équipe de 19 puéricultrices et trois pédiatres qui se préparent à accueillir sept grands prématurés pour ce qui s'annonce déjà comme un accouchement hors norme à 30 semaines de grossesse.► À lire aussi : À la rencontre des nonuplés maliens, trois mois après leur naissance au MarocSept... C'est l'estimation faite au vu des différents examens au cours de la grossesse. Mais au moment de la délivrance, après avoir sorti sept bébés, le gynécologue-obstétricien découvre deux nouveau-nés supplémentaires. « Ça a été un choc. »Halima Cissé, étudiante de Tombouctou, portait donc des nonuplés : cinq filles, quatre garçons. Quand le ministère malien de la Santé à Bamako en fait l'annonce le lendemain, c'est donc une première mondiale. Auparavant, le record était détenu par une Américaine, qui avait huit bébés issus d'une fécondation in vitro.Sauf que Halima Cissé et son époux, Abdelkader Arby, n'ont pas cherché la performance. Cette grossesse multiple, quand ils en découvrent l'ampleur lors d'une échographie pratiquée par le Dr Seydou Sogoba à l'hôpital régional de Tombouctou, est une surprise. Pas de fécondation in vitro ici.
Halima Cissé quitte tous les jours sa chambre à la maternité pour aller voir ses nonuplés au service de réanimation néonatale. «Une patiente incroyable, calme et confiante», disent tous les soignants qui l'ont accompagnée.
Halima Cissé quitte tous les jours sa chambre à la maternité pour aller voir ses nonuplés au service de réanimation néonatale. «Une patiente incroyable, calme et confiante», disent tous les soignants qui l'ont accompagnée. © RFI/Amélie Tulet
Le couple a déjà une fille, âgée aujourd'hui de deux ans et demi. Ils souhaitent un second enfant. « Quand on m'annonce qu'il y a plusieurs bébés, peut-être six au moins, c'était totalement inattendu, raconte Abdelkader Arby, sur un ton toujours très mesuré. Avec les médecins et la famille, nous avons organisé le transfe...   

Continuer la lecture de cet article sur RFI AFRIQUE

Articles similaires

Sénégal: la confrérie alerte sur les entorses au vivre ensemble

RFI AFRIQUE

Bukavu : 23 familles victimes de démolitions campent à Ruzizi 1er

OKAPI CONGO

Kinshasa : plusieurs bars de la commune de Lemba fermés pour tapage diurne

OKAPI CONGO