LE JOURNAL.AFRICA
Droits de l'Homme SOCIETE

Stérilité, un défi psychosocial pour les femmes à Uvira

Des femmes stériles à Uvira déplorent les violences psychologiques dont elles sont victimes dans leurs foyers. L’organisation Genre Actif pour un Devenir meilleur de la femme, GAD,  alerte sur les cas des violences  oubliés  par les défenseurs  des droits humains  et plus  particulièrement  les droits des femmes.

La communauté marginalise les femmes qui n’ont pas eu la chance d’avoir des enfants, une chose qui met ces victimes dans la situation des violences  permanentes, déclare Abigaël Bitonto Aimée, Coordinatrice du GAD, dans une interview accordée à Le Journal.Africa. Pour elle, ces femmes sont méprisées, injuriées voire même victimes de violences physiques de la part des leurs maris et de la belle-famille sous l’œil impuissant des défenseurs des droits humains.

 « Ces femmes méritent une protection exceptionnelle vue les conditions qu’elles  traversent dans la communauté. Pour tout stérilité, la communauté ne pointe du doigt qu’à la femme alors que selon des statistiques médicales les hommes auraient un taux élevé de stérilités que les femmes », martèle-t-elle.

Hélène Mapendo, une jeune femme de 31 ans et mariée depuis trois ans, déplore les  mépris dont elle est victime depuis sa première année de son mariage. «Ma belle-famille m’attaque chaque jour et exige à mon mari de prendre une deuxième femme », déplore-t-elle. Parfois humiliée et méprisée, cette femme passe des nuits blanches en train de pleurer suite à la stigmatisation qu’elle est victime dans son foyer.

Impacte de cette violence sur la vie de ces femmes

 3 à 5 femmes  stériles sont victimes  des traumatismes chaque année dans la ville d’Uvira, rapporte le Psychologue Patrick Maso. Ce Psychologue de la polyclinique  la fraternité  d’Uvira, précise qu’il reçoit un petit nombre des femmes stériles  victimes de cette violence psychologique  car la plupart d’entre elles fréquentent les tradipraticiens, les marabouts  et quelquefois elles partent  dans des chambres des prières  pour chercher des solutions.

Pour   Jacques Kimina, Psychologique de profession, sur le plan psycho-sociale, cette femme n’est pas heureuse, elle n’a pas confiance à elle-même, elle est  stigmatisée. Cette dernière perd les capacités d’entreprendre et elle accepte tout ce qu’on lui suggère afin préserver  son mariage .  Elle vit les stress au quotidien, elle est  traumatisée ça peut l’amener à la stérilité secondaire, elle est exposée à plusieurs maladies, conclut M. Kimina.

Christine Kafuchi, Cheffe de parquet près du tribunal de paix d’Uvira et procureure de la république, condamne fermement les stigmatisation des femmes liées à l’infertilité. À en croire notre source, toutes les infractions doivent être condamnées une fois dénoncées. Les violences basées sur les genres qui touchent les hommes mais aussi  les femmes doivent aussi être reportées pour que les violences qui en découlent amènent les auteurs aux sanctions.

Joséphine Mungubi

Articles similaires

Où en est-on avec le projet qui voulait « libérer » Bujumbura de ses déchets ?

YAGA BURUNDI

Soudan du Sud: des membres du gouvernement responsables de «crimes de guerre», selon l’ONU

RFI AFRIQUE

RDC -UVIRA : Les femmes enceintes sinistrées présentent des risques sanitaires

LE JOURNAL.AFRICA
Verified by MonsterInsights