LE JOURNAL.AFRICA
SÉCURITÉ

Rutshuru : une partie de Jomba tombe entre les mains d’un groupe rebelle

Jomba à Rutshuru dans les mains de groupes rebelles des M23
Alors que l’état de siège vient d’être prorogée pour la 12e fois, le Nord Kivu a subi une nouvelle attaque dans la nuit du 7 au 8 novembre 2021. Si l’identité des assaillants n’a pas encore été officiellement confirmé, plusieurs sources disent qu’il serait de retour le général autoproclamé, Sultani Makenga  des M23.

Un groupe d’hommes armés non identifiés a pris d’assaut le groupement de Jomba en territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu. C’était vers 22h du 7 novembre 2021. Les premières informations renseignent que les collines de Chanzu et Ndiza sont tombées sous le contrôle de ces assaillants.

La population en débandade depuis la nuit de ce dimanche, prend la direction de Rutshuru centre et Bunagana où elle tente de passer la frontière afin de traverser vers l’Ouganda. À Bunagana, une forte présence militaire des troupes des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) est observée pour contenir l’ennemi qui est à près de 10 kilomètres. 

Les retentissements d’armes continuent jusqu’à présent comme le fait savoir le chef de groupement. D’après cette autorité locale, les FARDC en alerte maximale, sont en train de mener une offensive pour reprendre ces collines.

« Il y a eu incursion des ennemis qui sont venus du Rwanda, ils ont traversé dans le parc des Virunga. Ils ont pris les collines de Chanzu et Mbiza. Les FARDC sont en train de les poursuivre. Les affrontements se déroulent sur les collines de Chanzu dans le village de Kikoro. Jusqu’à maintenant la situation n’est pas encore maitrisée. La population fuit vers l’Ouganda, d’autres habitants prennent la direction de Rutshuru », a renseigné Jackson Achuki, chef de groupement de Jomba.

A lire : RDC : Le gouvernement proroge pour la 12ème fois l’état de siège au Nord Kivu et dans l’Ituri.

Les M23 seraient derrière l’attaque ?

C’est effectivement ce que semblent penser certaines sources sur place. En effet, le général autoproclamé, Sultani Makenga  , ancien commandant des rebelles du M23 aurait été vu sur le champ de bataille à Runyoni. Cette attaque survient alors que des sources éparpillées parlaient d’une résurgence de la rébellion du M23 dans cette partie du pays, la présence de Sultani Makenga  dans les rangs des combattants ne fait que confirmer le fait.
Tout comme lui, plusieurs centaines de ses hommes avaient trouvé refuge en Ouganda où ils étaient cantonnés dans la base militaire de Bihanga. A en croire le porte-parole de l’armée Ougandaise, à un moment donné ces derniers auraient échappé au contrôle de l’armée. « Nous ignorons où il (Sultani Makenga) se trouve, nous avons informé le gouvernement de RDC », avait ajouté Richard Karemire, le porte-parole de l’armée Ougandaise, au sujet du chef de l’ex-rébellion du M23.

Les collines de Chanzu et Mbiza sont à cheval entre l’Ouganda et le Rwanda. Pour l’instant, les activités au poste frontalier de Bunagana se déroulent normalement.

Aucun bilan de cette attaque n’a encore été divulgué jusqu’à présent ni par les autorités locales ni par la société civile moins encore par les autorités militaires qui gèrent la province du Nord-Kivu qui est en état de siège.

A lire aussi : RDC-Rutshuru : une attaque rebelle à Chanzu, la société civile soupçonne les M23

Augustin SADIKI

Articles similaires

Sahel: l’enjeu crucial de la sécurisation de l’arsenal des forces armées

RFI AFRIQUE

Sud-Kivu : affrontements entre FARDC et miliciens à Minembwe

OKAPI CONGO

Mali: les circonstances de l’enlèvement du journaliste français Olivier Dubois

RFI AFRIQUE
%d blogueurs aiment cette page :