LE JOURNAL.AFRICA
SOCIETE

PRH 2022 : 182 millions USD sollicités pour apporter de l’aide humanitaire d’urgence aux personnes vulnérables au Burundi

Les tentes des personnes vulnerables au Burundi
La communauté humanitaire au Burundi a besoin de 182 millions USD pour mettre en œuvre le plan de réponse humaine 2022 (PRH 2022). Dans ce plan, plusieurs interventions sont ciblées pour venir au secours aux 947 000 personnes en besoin d’assistance humanitaire identifiées. Plus de la moitié  de ces personnes est majoritairement des femmes et des enfants des milieux ruraux.

Conjointement avec  la communauté humanitaire au Burundi,  Gitega a lancé ce jeudi à Bujumbura, un plan de réponse humanitaire 2022, pour lequel, ils  sollicitent 182 millions USD pour assurer sa mise en œuvre. Seulement moins de 10 % de ce montant est disponible, a indiqué Damien Mama, le coordonnateur résidant du système des Nations unies au Burundi, lors d’une interview accordée aux journalistes après le lancement du projet. Il reste encore plus de 90% pour concrétiser le PHR 2022 dans son intégralité.

Que se passe-t-il si nous ne répondons pas au plan humanitaire ? Se pose la question, Noroarisoa Rakotomalala, cheffe du bureau d’OCHA. « On aura des problèmes », répond-t-elle à sa question. « 506 000 personnes vulnérables resteront en insécurité alimentaire, 247 personnes seront privées d’un abri, 474 000 enfants en malnutrition aiguë et jusqu’à la mort,  318 000 seront privées de soins de santé et 405 000 personnes d’eau potable, 50 000  personnes verront leur sécurité menacée et 180 000 enfants risque la déscolarisation », énumère Mme Rakotomalala, devant différents donateurs présents dans ce lancement, les risques du non financement de ce plan.

947 000 personnes ont besoin d’une assistance humanitaire dans l’urgence, indique l’aperçu des besoins humanitaires, publié par l’OCHA en février 2022. Ces personnes font partie des plus vulnérables parmi la population dans le besoin estimée 1,8 million  de personnes, dixit OCHA dans un communiqué de presse que Le Journal.Africa s’est procurée d’une copie. 

Les chocs de la vulnérabilité de la population

Le Burundi fait face  aux différents défis qui nécessiteraient une assistance pour les surmonter. Le secrétaire permanent du ministère des affaires étrangères et de la coopération au développement au Burundi, Ferdinand Bashikako, soulève les problèmes causés par les pluies diluviennes, les changements climatiques, la réinstallation et la réintégration socioéconomique des rapatriés.  

Noroarisoa Rakotomalala, chef du bureau d’OCHA, parle des catastrophes naturelles qui engendrent le déplacement de la population, la poursuite du retour des réfugiés burundais, la résurgence de maladies potentielles endémiques et l’impact socio-économique de la covid-19.

A lire : Le Burundi peut appuyer son développement sur le Kirundi

« Lorsque ces chocs ne sont pas pris en considération, ils peuvent entraîner des conséquences négatives sur le développement de la population », prévient Alain Van Gucht, Ambassadeur du royaume de Belgique et président de la communauté humanitaire au Burundi.

«…Pour répondre à ces besoins, il faut de fonds », alerte l’Ambassadeur des USA, Melanie Harris Higgns.

Selon la matrice de suivi des déplacés de l’OIM, 106 169 personnes se sont déplacées en 2021. Plus de 80% de personnes sont des déplacés des désastres naturels. Plus de 80 000 Burundais sont rentrés dans le cadre du programme de rapatriement volontaire depuis la Tanzanie, mentionne toujours l’OIM. 56 000 réfugiés demandeurs d’asile ont été accueillis en 2021.

La segmentation des personnes dans le besoin d’assistance

Sur une population estimée à 13 million, 1,8 millions personnes sont dans le besoin, selon le PRH 2022, soit 14 %.  947 000 personnes sont ciblées par ce plan dont 840 000 personnes  dans le besoin aigu. Plus de la moitié des personnes en besoin est des femmes et des enfants, indique la communauté humanitaire au Burundi dans le PRH.

Parmi les personnes identifiées, 572 000 personnes touchées par les conséquences des inondations, 154 000 personnes rapatriées, 116 000 personnes déplacées internes et 105 000 réfugiés au Burundi.

Entre janvier 2018 et mai 2021, la récurrence et l’intensification des aléas climatiques, ont infecté plus de 286 000 personnes et causé les déplacements internes. Outre des aléas climatiques, le retour des rapatriés burundais et l’accueil des réfugiés de la sous-région, créent de nouveaux défis pour la stabilité économique et la cohésion sociale.

A lire aussi : Burundi: Plan de réponse humanitaire 2022 (mars 2022)

Prosper Aobe

Articles similaires

La diaspora burundaise effectue une excursion à l’intérieur du pays

RTNB BURUNDI

Homicide conjugal: éviter que 2021 soit à l’image de 2020

YAGA BURUNDI

Centrafrique: les entreprises peinent à recruter des travailleurs formés

RFI AFRIQUE
%d blogueurs aiment cette page :