LE JOURNAL.AFRICA
SÉCURITÉ

Nord-kivu : du flou autour de l’attaque d’une position des FARDC à Buhumba

Bombe au Nord-Kivu à Bihumba
Une des positions de l’armée congolaise FARDC a été attaquée   par des hommes armés dans le groupement Buhumba en territoire de Nyiragongo la matinée de ce mardi 24 mai 2022.  Les forces loyalistes congolaises n’ont toujours pas réussies à déterminer l’identité de l’agresseur.

A environ 30 kilomètres au nord de Goma, dans le groupement Buhumba, le retentissement des armes lourdes a commencé vers 3 heures du matin. La circulation a été momentanément coupée durant plusieurs heures sur la route Goma-Rutshuru plus précisément au niveau de Kibumba. Contacté l’armée congolaise a confirmé l’attaque de l’une de ses positions dans cette partie du territoire de Nyiragongo. 

Le lieutenant-colonel Njike Kaiko Guillaume, porte-parole du secteur opérationnel Nord-Kivu Sokola2 a indiqué que l’armée congolaise à directement répliquer « Il y eu attaque de l’une de nos positions de Kibumba à 3h mais au moment où nous vous parlons, les FARDC ont déjoué cette attaque et nous sommes à Kibumba. La situation est sous contrôle de l’armée loyaliste. Des détonations se font entendre, c’est la riposte farouche des FARDC » ; a-t-on appris de cette autorité militaire.

Serait-il des représailles du Rwanda?

Dans le territoire de Rutshuru, les combats ont commencé dimanche 22 mai entre les FARDC et le M23 sur les collines de  Tchanzu, Msungati et Runyonyi. Au cours des échanges des tirs, des bombes lancées par les FARDC auraient touchées  le territoire rwandais, accuse l’armée rwandaise (RDF). Sans tarder, la RDF saisit le Mécanisme Conjoint de Vérification Elargi (EJVM) pour qu’il diligente une enquête sur ces bombardements.

A lire : Grands Lacs : Groupe politique de haut niveau sur une stratégie régionale pour maintenir la paix et la sécurité

Plusieurs sources locales non officielles dans le territoire de Nyiragongo tout comme à Goma parlent de représailles  du Rwanda. Dans des courtes vidéos et photos qui circulent déjà sur internet, dont l’authentification reste à déterminer, des effets militaires  avec mention RDF qui seraient abandonnées par ces agresseurs sont visibles dans le territoire de Nyiragongo.

Pour l’armée congolaise dans les heures qui suivent, l’identité de l’agresseur sera bien connue. Le lieutenant-colonel Njike Kaiko Guillaume, porte-parole de l’armée estime qu’il est très tôt de déterminer avec exactitude qui est derrière cette attaque.  

« Laissez-nous le temps de bien identifier l’ennemi qui nous a attaqués. Je pense qu’il est encore trop tôt pour parler de tel ou tel autre. Nos services sont en train de travailler là-dessus et nous osons croire que dans les heures qui suivent, nous serons en mesure de vous donner l’identification complète de l’ennemi » ; a martelé ce porte-parole de l’armée dans cette zone.

Pour l’instant, «  La population doit garder son calme et laisser l’armée travailler. L’armée est là et la population n’a rien à craindre. Nous avons le devoir de sécuriser notre population », rassuré le lieutenant-colonel. L’administrateur policier du territoire de Nyiragongo, Iduma Patrick appelle déjà les populations de Buhumba et Kibumba qui ont fui à regagner leur domicile.

A lire aussi : Ituri : un nouveau groupe d’auto-défense actif à Djugu « pour combattre la milice CODECO »

Augustin SADIKI

Articles similaires

RDC: dans le territoire de Beni, le fléau de l’insécurité règne toujours

RFI AFRIQUE

Cinq mois après son enlèvement, le journaliste Olivier Dubois toujours otage au Mali

RFI AFRIQUE

Au Nigéria, un imam honoré par les Etats-Unis pour avoir sauvé des chrétiens

BBC AFRIQUE
%d blogueurs aiment cette page :