LE JOURNAL.AFRICA
ART CULTURE SOCIETE

Burundi : Les artisans déplorent un manque criant de marchés d’écoulement

L’industrie artisanale burundaise est riche et variée. Pourtant, les œuvres artisanales burundaises n’ont pas de marchés d’écoulement. Les artisans se lamentent qu’ils ne trouvent pas de clientèle, et profitent moins de leur créativité.

Vendredi 1er octobre, dans son mot d’ouverture du festival culturel, Évariste Ndayishimiye appelle les Burundais à aimer et consommer des produits locaux. « Nos arrières parents savaient trouver solution à leur problème. Fabriquez des produits répondant à des besoins burundais », dit le président.

Le numéro un burundais, recommande aux artistes de travailler en coopérative, car, « l’union fait la force ». « La culture de travail communautaire fait avancer le pays. Le travail en commun permet aux  artisans d’échanger de l’expérience », dit-il. “Unissez-vous pour un échange d’expériences », appelle Ndayishimiye.

À lire aussi: Sénégal: le cri d’alarme des artisans du bois en difficulté à cause de la crise sanitaire

Des doléances le président de la République

Selon Clavera Mpengekeze, confectionneuse d’habits de Muramvya au centre du pays, le président devrait aider à moderniser des créations artisanales. Qu’il nous aide à participer à des expositions régionales et internationales. « Ça pourrait stimuler notre marché », martèle-t-elle.
Pour Lazare, sculpteur de Gitega au centre du pays, les gens ignorent les efforts des artisans. Les acheteurs ne considèrent pas le capital qu’y mettent ces derniers et les artisans ne participent pas à des expositions régionales ou internationales.

Les artisans profitent peu de leur imagination. De ce fait, Lazare demande au président de soutenir son projet de construction d’un musée culturel privé.

« Si je mets ces objets dans mon musée, je pourrais gagner plus. Les touristes devraient payer pour y visiter », explique le sculpteur.

Les artisans avec qui a parlé Le Journal.Africa souhaitent que l’État incite les ambassades du Burundi à avoir des objets représentant l’artisanat du pays. Les missions diplomatiques devraient eux-aussi, d’après ces mêmes sources, posséder des objets artisanaux burundais.

Le ministre burundais ayant la culture en ses attributions, Amb. Ézéchiel Nibigira appelle les artisans à se préparer pour  Jama Fest. Ce dernier est un festival régional culturel, qui va se dérouler bientôt à Bujumbura.

Eric Niyoyitungira.

Articles similaires

La COSSESONA vient en aide aux enseignants hopitalisés

RTNB BURUNDI

Ng’uku uko bategura umukobwa agira aje kurongorwa mw’idini rya Islam

YAGA BURUNDI

RDC-Baraka: Les activités paralysées toute la journée du lundi.

LE JOURNAL.AFRICA
%d blogueurs aiment cette page :