LE JOURNAL.AFRICA
TECHNOLOGIE

Que sont les « chimères homme-animal » et comment le Japon est-il devenu le premier pays à permettre aux scientifiques de les élever ?

L’homme a longtemps imaginé des hybrides homme-animal : les Grecs anciens les appelaient « chimères ».

Aujourd’hui, ces créatures sont sur le point de devenir une réalité, après que le gouvernement japonais a été le premier à autoriser une équipe de scientifiques à cultiver des organes humains non seulement à l’intérieur d’embryons animaux, mais surtout à permettre à ces embryons d’être amenés à terme.

La recherche est dirigée par Hiromitsu Nakauchi, des universités de Tokyo et de Stanford, et porte sur l’injection d’embryons de rats et de souris modifiés avec des cellules souches humaines qui peuvent être reprogrammées pour croître dans un pancréas.

Lire aussi :

La thérapie génique pour « stopper » la cécité

Un patient atteint du VIH en « rémission durable »

Les embryons seront ensuite transplantés dans des animaux de substitution. L’objectif ultime du professeur Nakauchi est de voir un jour des animaux transporter des organes humains qui peuvent être transplantés dans les humains.

Jusqu’à récemment, le Japon exigeait des chercheurs qu’ils mettent fin à l’implantation d’embryons animaux contenant des cellules humaines après 14 jours et interdisait que ces embryons soient placés dans des utérus d’animaux pour se développer.

Mais ces restrictions ont été supprimées, ce qui permet aux chercheurs de demander des permis individuels pour des projets de recherche.

Préoccupations éthiques

Le professeur Nakauchi n’est pas le premier chercheur dans ce domaine : lui et d’autres chercheurs ont déjà cultivé des cellules humaines dans des embryons de souris, de rat, de porc et même de mouton.

L’objectif des scientifiques est de fournir des organes humains pour les transplantations, en particulier ceux qui font défaut, comme le pancréas.

En 2017, le professeur Nakauchi a guéri efficacement une souris diabétique en faisant pousser un pancréas de souris sain dans un embryon de rat avant de le transplanter chez la souris malade.

A écouter :

Mais jusqu’à présent, les expériences impliquant des cellules humaines ont dû être interrompues, soit en raison des exigences légales, soit parce que les essais n’ont pas été couronnés de succès.

La recherche soulève des préoccupations éthiques quant à la possibilité que des cellules humaines puissent se retrouver dans le cerveau de l’animal, « humanisant » potentiellement sa cognition.

Mais le professeur Nakauchi a accepté de concevoir son expérience de manière à ce que les cellules n’atteignent que le pancréas.

En juillet, un groupe d’experts du ministère japonais de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie (MEXT) a approuvé ses recherches dans certaines conditions et selon certains processus.

« Animaux à visage humain »

La technique consiste à modifier génétiquement des embryons animaux pour retirer les gènes liés à la production d’un organe particulier – dans ce cas, le pancréas, mais aussi, à l’avenir, le foie et les reins.

Les scientifiques injectent ensuite des cellules souches humaines dans les embryons animaux et, dorénavant, ils pourront également laisser les embryons se développer à terme.

L’autorisation du ministère exige que les expériences du professeur Nakauchi ne soient réalisées que sur de petits animaux, génétiquement éloignés des humains, a déclaré Ayako Maesawa, directeur de la bioéthique et de la biosécurité du ministère japonais à la BBC.

En outre, l’équipe doit vérifier à chaque stade de développement les cellules humaines dans le cerveau des fœtus. Ils passeront jusqu’à deux ans à suivre l’évolution de la situation après la naissance des rongeurs.

Lire aussi :

Le virus du SIDA éliminé chez des souris

Le cancer de la vessie ‘attaqué et tué par le virus du rhume’

M. Nakauchi a déclaré à la BBC qu’une fois tous les documents finalisés, il pourra commencer ses recherches en septembre.

Lors d’une expérience menée à l’Université Stanford en Californie, le professeur Nakauchi a précédemment placé des cellules souches humaines dans des ovules de moutons fécondés et transplanté les embryons dans un mouton.

Les embryons ont été détruits après 28 jours de développement. Ils contenaient très peu de cellules humaines et n’ont développé aucune caractéristique humaine, a déclaré le professeur Nakauchi au journal Asahi Shimbun.

« Le nombre de cellules humaines cultivées dans le corps des moutons était extrêmement faible, un sur mille ou un sur des dizaines de milliers. A ce niveau, un animal à visage humain ne naîtra jamais », a-t-il affirmé.

Copyright de l’image Getty Images

Image caption Certains scientifiques disent qu’il est inutile d’essayer de cultiver des organes humains dans des espèces génétiquement éloignées, car les cellules humaines sont attaquées très tôt.

Distance génétique

Mais il n’est pas facile de faire croître des cellules humaines dans une autre espèce.

Jun Wu, chercheur à l’Université du Texas, Southwestern Medical Center à Dallas, soutient qu’il n’est pas logique d’utiliser des embryons hybrides humains-animaux à terme en utilisant des espèces éloignées sur le plan de l’évolution comme le porc et le mouton.

Chez ces espèces, dit-il, les cellules humaines seront éliminées des embryons hôtes dès le début.

Le mois dernier, le quotidien espagnol El Pais a rapporté que des scientifiques espagnols affirment avoir créé des embryons singe-humain dans un laboratoire en Chine.

La recherche a été menée par le professeur Juan Carlos Izpisua Belmonte, du Salk Institute for Biological Studies en Californie, qui a déjà créé des embryons porc-humain dans un laboratoire.

S’adressant à El Pais, les scientifiques ont déclaré que plus de détails sur leur étude la plus récente seraient rendus publics lorsque les résultats seront publiés dans une prestigieuse revue scientifique, ce qui sera fait prochainement.

A regarder :

Media playback is unsupported on your device
Un traitement impliquant des greffes de cellules souches soulage véritablement les malades

Articles similaires

Leave a Comment

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.