LE JOURNAL.AFRICA
AFRIQUE

L’armée s’engage à agir contre la fraude électorale

"Les commandants doivent agir de façon décisive contre tout crime électoral," a lancé le général Tukur Yusuf Buratai, les exhortant à faire preuve de "loyauté envers l’autorité."

Ses déclarations interviennent au moment où la tension monte au Nigeria après le report des élections présidentielle et législatives qui auraient dû avoir lieu samedi dernier et ont été reportées d’une semaine quelques heures avant l’ouverture prévue des bureaux de vote le 16 février.

Ce report a provoqué de la colère au Nigeria et les deux principaux partis politiques se sont imputés la responsabilité du report du scrutin, assurant qu’il existait un complot pour truquer le vote.

Lundi, l’APC (le Congrès des Progressistes, au pouvoir) a tenu une réunion au cours de laquelle le président Muhammadu Buhari, en lice pour un second mandat, s’est exprimé sans fard : si quelqu’un vol une urne ou utilise des criminels pour perturber le scrutin, "ça sera probablement le dernier acte criminel qu’il commettra".

Une phrase perçue comme un appel à la haine et aux crimes extra-judiciaires, dont l’armée nigériane est souvent accusée. L’opposition a critiqué ces propos, les considérant comme un encouragement à la violence.

Le président sortant a annoncé qu’il avait demandé aux militaires et à la police d’être "impitoyables" avec ceux qui se rendraient coupables de fraude électorale.

L’ancien vice-président et candidat du PDP (opposition), Atiku Abubakar, a déclaré que l’avertissement de M. Buhari constituait un "rappel de l’ère de la dictature et du régime militaire.

    Votre avis

    Voir les commentaires

    Articles similaires

    Afrique: le marché de la drogue explose, état des lieux

    RFI AFRIQUE

    La mission de la Cédéao en Guinée reportée sine die à cause du coronavirus

    RFI AFRIQUE

    Congo-Brazzaville: Global Witness s’alarme des projets pétroliers dans le Nord

    RFI AFRIQUE
    %d blogueurs aiment cette page :