LE JOURNAL.AFRICA
SÉCURITÉ

Uvira : Journée ville morte pour dire non à l’entrée de la police Rwandaise en RDC

Ville morte à Uvira
Toutes les activités sont restées paralysées ce mardi 28 décembre dans la mairie d’Uvira. La population a répondu à l’appel de la tenue d’une journée ville morte de la nouvelle société civile congolaise pour dire non à l’annonce de l’entrée de la police Rwandaise en RDC.

Boutiques, magasins, buvettes sont restés fermés. Pas de circulation depuis le matin de ce mardi 28 Décembre dans la ville d’Uvira. Certains habitants sont contents de la tenue de cette journée ville morte qui vient répondre à leurs préoccupations. Mariam Ndagano, une commerçante des articles divers dans le quartier Mulongwe s’en réjouit : « je ne veux pas l’entrée de la police rwandaise en RDC. Nous ne pouvons pas ouvrir nos boutiques car cette cause est noble. Malgré que je ne vends pas mes articles aujourd’hui, je suis contente car ma voix sera entendue par les autorités grâce à cette journée ville morte ». 

Certains commerçants enregistrent des pertes!

D’autres commerçants disent avoir du souci à se faire car ils ne seront pas à mesure de répondre aux besoins primaires de leurs enfants. C’est le cas de Machozi  Mutambala une femme qui fait le commerce de restaurant à kakungwe. « Je vis au taux du jour avec mes sept enfants. Normalement, je gagne 1 0000 FC à 15 000 FC par jour mais aujourd’hui j’ai juste préparé une petite quantité car mes clients ne viendront pas suite à cette manifestation. Je ne pense pas que j’aurai la ration pour mes enfants. » 

A lire : RDC: l’armée ougandaise revendique la reprise de l’une des principales bases des ADF

Que pense la société civile?

Pour la nouvelle société civile congolaise axe sud de la province du Sud-Kivu, la question de la sécurité est une affaire de tous. C’est pourquoi ils veulent alerter sur le pire qui pourrait arriver après l’entrée de la police rwandaise en RDC. Mafikiri Mashimango, coordinateur adjoint de cette structure demande au gouvernement d’annuler les accords autorisant l’entrée de cette police au Congo. 

Selon lui, la police et l’armée congolaise sont efficaces pour sécuriser le territoire s’ils sont bien encadrés et équipés par le gouvernement.   Pour la survie de la population, Mafikiri  Mashimango précise qu’ils ont promis de suspendre la ville morte à 15 heures. Cette journée ville morte est observée aussi dans le territoire de Fizi et dans la ville province de Bukavu pour exiger la même cause.  

Cette journée ville morte était contestée par la coordination des sociétés civile dans une conférence de presse tenue le lundi 27 décembre dans la ville d’Uvira. Pour willy seremba porte-parole de cette coalition de trois sociétés civiles et deux mouvements citoyennes et coordinateur de la société civile des nationalistes congolais, les villes mortes n’ont jamais apporté des solutions aux différents problèmes de la population. Ils ne font qu’appauvrir cette dernière. 

Réponse de l’autorité publique

L’administration de sa part dit ne pas avoir été informée officiellement de la tenue de cette journée ville morte. Kifara Kapenda KyKy, maire adjoint de la ville d’Uvira a demandé à la population de vaquer à ses occupations et à ceux qui veulent observer une journée ville morte de le faire car c’est leur droit.  

Pour rappel, des mouvements citoyens et forces vives de Goma avaient organisé une journée ville morte le lundi 20 décembre. Ces derniers manifestent contre l’insécurité grandissante et contre l’entrée de la police Rwandaise en RDC. 

A lire aussi : RD Congo : Uvira, ville-morte, dénonce l’insécurité

Josephine Mungubi

Articles similaires

Yumbi : « Toutes les dispositions sont prises pour sécuriser la population », affirme Gilbert Kankonde

OKAPI CONGO

Massacres de Beni : Dr Denis Mukwege appelle au déploiement d’une opération inspirée de la mission « Artemis »

OKAPI CONGO

À la Une: l’évolution de Barkhane au prochain sommet du G5 Sahel à Ndjamena

RFI AFRIQUE
Verified by MonsterInsights