LE JOURNAL.AFRICA
SÉCURITÉ

Mali: l’union nationale n’exclut pas les questionnements après le massacre de Diallassagou

Au moins 132 morts dans le Centre du Mali, c’est le bilan officiel de l’attaque menée ce week-end dans plusieurs villages de la commune de Diallassagou, région de Bandiagara. Bamako a décrété trois jours de deuil national et appelé à « la communion des cœurs et des esprits face à cette épreuve… » Un appel à l’union nationale entendu bien sûr par tous les acteurs politiques, mais qui n’empêche pas certains questionnements sur la stratégie militaire des autorités.

Toutes les formations politiques qui ont déjà réagi, quel que soit leur bord, s’inclinent devant la mémoire des victimes et en appellent à la cohésion nationale, au rassemblement. Mais ce nouveau carnage suscite aussi des questionnements sur la stratégie militaire de Bamako. Questionnent soulevés principalement par les partis d’opposition. Le Cadre, qui rassemble ces partis d’opposition, pointe « le regain de tensions et la recrudescence des attaques » dans différentes parties du territoire. Le Codem, membre de ce Cadre, demande même aux autorités de « mettre fin à tout triomphalisme éphémère. » Une allusion au discours officiel des autorités de transition qui, depuis des mois, vantent la « montée en puissance de l’armée malienne », les « villages libérés » par les « vaillants Fama », face à des terroristes « de plus en plus fébriles », « en débandade », et dont les attaques son...   

Continuer la lecture de cet article sur RFI AFRIQUE

Articles similaires

Beni : des miliciens attaquent un poste de lavage des mains de riposte contre Ebola, 3 morts

OKAPI CONGO

Covid-19: en Ouganda, des centaines de personnes victimes d’une escroquerie au faux vaccin

RFI AFRIQUE

Ituri : le député Omer Kahindo alerte sur une probable incursion des ADF à Mambasa

OKAPI CONGO