LE JOURNAL.AFRICA
ECONOMIE

Record historique d’exportations de karité ouest-africain en 2019-2020

Les exportations de karité d’Afrique de l’Ouest ralentissent actuellement, mais elles ont battu leur record historique sur la dernière campagne. Les usages de cette matière grasse végétale se multiplient, en particulier en Europe.

L’Afrique de l’Ouest a exporté pas moins de 500 000 tonnes de karité entre août 2019 et juillet 2020, dates de début et de fin de la campagne. C’est ce que viennent de révéler les statistiques collectées par les enquêteurs du réseau N’kalo. Le record de 2017-2018 est battu. En cinq ans, les expéditions de cette matière grasse végétale africaine ont quasiment doublé avec pour principale destination l’Europe. Elle absorbe les 80% des exportations ouest-africaines.

Usage alimentaire croissant en Europe

Le karité y est devenu un substitut du beurre de cacao ou de l’huile de palme dans les confiseries au chocolat, et un exhausteur de goût dans tout un tas de produits agroalimentaires. Ce n’est pas le cas aux États-Unis, qui ont déjà des matières grasses à base d’huile de soja, et où l’usage du karité est strictement réduit à la cosmétique. Les deux autres gros acheteurs de karité ouest-africain sont la Malaisie et l’Inde.

Ghana, Burkina Faso et Bénin sur le podium des exportations

Le Ghana est devenu le premier exportateur africain de karité. Et de loin. Avec la moitié des tonnages, le pays anglophone ouest-africain a doublé ses ventes de karité à l’étranger par rapport à l’an dernier. Numéro deux : le Burkina Faso compte pour 25% des exportations de karité de la région. Numéro trois : le Bénin. Ses exportations, via Cotonou, devancent cette année celles de la Côte d’Ivoire.

Ralentissement à cause du coronavirus

L’épidémie de Covid-19 a malgré tout donné un coup d’arrêt à ce commerce international du karité. La demande étrangère a beaucoup ralenti, il faut dire que les stocks ont été bien remplis en Europe. Si le prix du karité ne s’effondre pas sur le marché international, c’est qu’il est aligné sur celui du beurre de cacao, qui s’est beaucoup apprécié dernièrement, suite à un gros achat de cacao à la bourse de New York. Mais le karité encore disponible sur le sol africain en cette fin d’année est majoritairement vendu aux populations locales désormais, avant tout pour protéger la peau des méfaits de l’Harmattan, qui souffle à nouveau dans la région.

Articles similaires

Un dialogue public-privé: clé pour réussir les réformes de facilitation des échanges transfrontaliers

RTNB BURUNDI

L’éco, monnaie de la Cédéao, repoussée à 2025?

RFI AFRIQUE

Le monde se penche sur la dette africaine

RFI AFRIQUE
%d blogueurs aiment cette page :