LE JOURNAL.AFRICA
SÉCURITÉ

Attaques de shebabs au Kenya: dans le nord-est, la crainte des enseignants

Les enseignants kényans ont peur et sont en colère. Ces cinq dernières semaines, les shebabs ont lancé une dizaine d’attaques dans le nord-est du pays. Plusieurs attentats ont visé des écoles du comté de Garissa où au moins quatre professeurs ont été tués en quelques jours. Le 13 janvier, le syndicat national des enseignants, KNUT, a exigé des actions fortes pour garantir leur sécurité.

Dans le nord-est du Kenya, les attaques des shebabs ont secoué la communauté enseignante. Plusieurs écoles de la région de Garissa menaceraient de fermer, et des professeurs s’apprêteraient à quitter la région.

Robert Kivuti travaille à l’école de Kamuthe, attaquée dimanche 12 janvier. Il s’est caché dans la brousse alors que trois de ses collègues étaient abattus. « Le gouvernement doit faire quelque chose pour assurer notre sécurité, estime-t-il. Sinon, continuer à enseigner dans ces conditions va devenir vraiment difficile ».

Wilson Sossion, secrétaire général du syndicat d’enseignants KNUT (Kenya National Union of Teachers) a exigé une réunion d’urgence avec les autorités. Sinon, il menace d’organiser des manifestations ainsi qu’un retrait massif des professeurs dans toutes les régions dangereuses du pays.

« Cela ne suffit pas d’envoyer des condoléances, affirme-t-il. Les autorités doivent s’assurer que les enseignants sont en sécurité. On ne peut pas rester assis dans nos classes et faire comme si nos collègues étaient en sécurité. Blesser un professeur, c’est blesser tout le corps enseignant ».

Le recrutement local : une solution ?

Les régions proches de la Somalie manquent chroniquement de professeurs. En effet, les shebabs visent sciemment ceux originaires du reste du Kenya. Beaucoup d’entre eux sont donc partis. Pour pallier le manque d’effectifs, Wilson Sossion demande qu’on favorise l’embauche de locaux.

« Des jeunes diplômés du lycée peuvent être formés pour enseigner dans les écoles primaires et secondaires de leur région, déclare-t-il. Cela règlera le problème des assassinats ciblés une fois pour toutes. Délocaliser les professeurs, pour créer une cohésion nationale, c’est de la folie ».

Selon un chercheur, en trois ans, 70 % des professeurs, médecins et fonctionnaires non locaux ont quitté le nord-est du Kenya.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :