• Home
  • AFRIQUE
  • RDC: l’avenir du Conseil national de suivi de l’accord fait débat
AFRIQUE

RDC: l’avenir du Conseil national de suivi de l’accord fait débat

La réunion tripartite entre le gouvernement, la Commission électorale et le Conseil national de suivi de l’accord et du processus électoral (CNSA) se poursuit à Kinshasa en RDC. Cette dernière structure a été mise en place pour assurer le suivi de l’application des résolutions de l’accord politique du 31 décembre 2016. Après la tenue des élections de décembre 2018, de plus en plus en plus de voix se lèvent pour réclamer sa suppression.

Pour le CNSA, sa mission continue, étant donné que ce processus électoral n’est pas fini. Selon ses animateurs, il ne pourra être dissout qu’après l’installation effective des élus à tous les niveaux, c’est-à-dire ceux issus des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales, mais aussi des élections locales et municipales. Certains membres du CNSA ajoutent qu’il reste également l’application intégrale des mesures de décrispation du climat politique.

Pour sa part, le député Claudel-André Lubaya, en première ligne dans le plaidoyer pour la suppression du CNSA, estime que cette institution est « le fruit d’un accord politique falsifié et signé en l’absence des évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) ». Il appelle le président de la République, Félix Tshisekedi, à s’impliquer pour obtenir la suppression rapide de cette institution qui selon lui est budgétivore et empiète sur les prérogatives d’autres institutions reconnues par la Constitution.

Entretemps, le CNSA continue à fonctionner et mène les travaux d’évaluation du processus électoral ensemble avec le gouvernement et la Céni.

Related posts

RCA: le gouvernement de Firmin Ngrebada enfin dévoilé

RFI AFRIQUE

RDC: les opposants Firmin Yangambi et Franck Diongo graciés par Félix Tshisekedi

RFI AFRIQUE

IBK appelle à l’union contre le terrorisme au Mali

BBC AFRIQUE

Leave a Comment