LE JOURNAL.AFRICA
SÉCURITÉ

RDC: Manifestation anti-M23, la société civile du Sud-Kivu dénonce l’hypocrisie de la communauté internationale

Des milliers de personnes se sont larguées dans les rues de la ville de Bukavu, au Sud-Kivu  ce mercredi 2 Novembre. Cette marche pacifique est organisée par la coordination de la société civile du Sud-Kivu  pour dénoncer l’agression de la RDC par le Rwanda et  l’hypocrisie de la communauté internationale dans cette agression de la RDC par des pays  voisins.  

Toutes les activités socio-économiques sont restées paralysées  l’avant-midi de ce mercredi 2 novembre dans la ville de Bukavu.  Les habitants  ont répondu  à l’appel à la manifestation  du bureau de la coordination de la société civile au Sud-Kivu.  Écoles, boutiques, magasins, universités, pharmacies, banques et autres  sont restés fermés sur toute l’étendue de la ville de Bukavu.  Certaines artères principales ont été barricadées par les manifestants qui se sont dirigés au gouvernorat où ils y ont déposé leur mémorandum adressé à la communauté internationale. 

Pour les organisateurs de cette manifestation, le pays est agressé par les voisins d’où toute la population doit se mobiliser pour barrer la route à cette énième attaque contre la RDC. Vu l’ampleur que prend cette crise, des actions citoyennes doivent s’imposer pour sauver la nation. 

Pour Jean Chrysostome Kijana,  coordinateur de  NDSCI,  le Rwanda et  l’Ouganda  agressent la RDC au vu et au su de la communauté internationale.  «  La population du Nord-Kivu souffre suite à cette attaque orchestrée par le M23 avec leurs alliés. 

Notre  manifestation a plusieurs objectifs entre autres, réaffirmer le soutien aux FARDC et condamner et fustiger l’hypocrisie de la communauté internationale  qui abusent de la bonne foi des autorités congolaises. »

Adrien Zawadi, président du bureau de la coordination de la société civile du Sud-Kivu de son côté,  précise que la population demande la fermeture des frontières avec tous ces pays agresseurs en attendant d’ autres pistes de solutions. « Trop  c’est trop, la population doit soutenir les FARDC  qui sont sur le champ.» Adrien Zawadi appelle les autorités à  l’organisation d’un service militaire minimum d’un mois pour  encadrer la jeunesse congolaise qui est prête pour défendre la nation face à cette agression.

Il est à noter que la situation humanitaire des déplacés victimes de cette  situation est précaire dans le territoire de Rutshuru  au Nord-Kivu où des déplacements sont signalés.

Joséphine Mungubi

Articles similaires

Nigeria: la police saisit un arsenal et des explosifs à Kano

RFI AFRIQUE

Centrafrique: les évêques condamnent les offensives rebelles

RFI AFRIQUE

Recrutement exceptionnel de 500 soldats pour l’année 2019 au Burkina.

BBC AFRIQUE
%d blogueurs aiment cette page :