LE JOURNAL.AFRICA
SOCIETE

Burundi : Une campagne de don du sang

Donner du sang c’est sauver la vie d’un être humain, c’est du moins l’avis des donneurs du sang volontaires rencontrés ce vendredi 13 décembre à la Clinique Van Norman de Ngagara, en train d’offrir du sang aux agents du Centre National de Transfusion Sanguine(CNTS). Fabien Bimenyimana, président et représentant légal de l’association Action pour la Paix et le Développement Communautaire(APADECO), qui a organisée en collaboration avec CNTS cette campagne de 4 heures de la collecte du sang ; voit du même œil que ces volontaires et interpelle toute la population à qu’il a appelé un sacrifice surtout ces jours de fin d’année.

M. Bimenyimana, signale qu’ils ont organisé cette activité ces jours ici car ils ont été stimulés du fait que dans les jours clôturant l’année il s’observe souvent beaucoup des cas d’accidents et la demande du sang est à la hausse. Mais aussi, pour eux, étant une organisation œuvrant dans le domaine du développement, il est difficile de parler du développement sans être en bonne santé.

Daphrose Niyunkeko, une volontaire qui a pu échanger avec nous, témoigne avoir déjà donnée son sang 6 fois sans aucun inconvénient, et trouve cela comme une façon de sauver des vies humaines même de celles dont on ne connait pas. Cette dame a promis d’y revenir après 3 fois.

Paterme Muhirwa, fonctionnaire au service de la promotion du don de sang au CNTS, rappelle les conditions pour donner du sang :

·         Être âgé de 18 à 70 ans (après 60 ans, le don est soumis à l’approbation d’un médecin de collecte de l’EFS. Pour un don de plasma ou de plaquettes, il faut être âgé de 18 à 65 ans.

·         Ne pas être à jeun

·         Être en forme

·         Peser au minimum 50 kilos

·         Ne pas être enceinte ni avoir accouché depuis moins de 6 mois.

·         Absence d’intervention chirurgicale récente (dans les 4 derniers mois)

·         Ne pas avoir pris d’antibiotique au cours des 2 dernières semaines, ni d’avoir eu d’infection au cours des 6 derniers jours (angine, bronchite, fièvre, rhino…).

·         Ne pas avoir eu de soins dentaires 3 jours précédant le don.

·         Ne pas avoir eu de piercing ou de tatouages dans les 4 derniers mois précédant le don.

·         Ne pas avoir consommé de drogue.

Ce fonctionnaire du CNTS a confirmé que la quantité du sang au pays est satisfaisante car le nombre de donneur s’augmente du jour au jour de plusieurs sociétés.    

Par Freddy bin SENGI

Articles similaires

#ZaNzoga: ico amategeko avuga

YAGA BURUNDI

RDC : Les morts roulent encore à moto

LE JOURNAL.AFRICA

Burundi : les animaux ont-ils plus d’humanité que nous ?

YAGA BURUNDI
%d blogueurs aiment cette page :