LE JOURNAL.AFRICA
ECONOMIE

Burundi: Inclusion financière pour le monde rural, un chantier à bâtir avec l’appui du FIDA

Au Burundi, le Ministère  ayant en charge les Finances, via le Projet d’Appui à l’Inclusion Financière Agricole Rurale au Burundi (PAIFAR-B), a franchi le cap en allant de 360 points de service dans tout le pays en 2012 vers 99 734 points de service en 2020, soit 60% du taux d’inclusion financière. De part et d’autre, les défis persistent en matière d’éducation financière et de l’implication de l’administration à la base dans les zones rurales. 

Dans le cadre de l’actualisation du PAIFAR-B financé par le Fonds International de Développement Agricole (FIDA), le Ministère des Finances, des Budgets et de la Planification Économique a organisé un atelier d’échange ce mardi 18 octobre 2022, en vue d’établir l’état des lieux des réalisations de la Stratégie Nationale d’Inclusion Financière (SNIF 2015-2020) et de recueillir les contributions des parties prenantes pour améliorer l’inclusion financière pour l’ensemble du pays ainsi que les systèmes bancaires financiers.

L’inclusion financière, c’est essentiellement la possibilité pour les habitants d’un pays d’avoir accès à tous les services et produits financiers via les organismes légalement reconnus par la loi, a dit Abel Bigawa Bazira, spécialiste en finances et inclusion financière.

M. Bigawa Bazira fait savoir qu’il s’agit notamment des banques et des institutions de microfinance, et également de tous les prestataires d’autres services de paiement et de service digital comme le mobile banking.

L’état des lieux du SNIF de 2015-2020 et le PAIFAR-B

Compte tenu des statistiques sur l’état des lieux des réalisations de la SNIF 2015-2020, il a été démontré qu’il y a eu une croissance d’inclusion financière et surtout en matière du point de service allant de 360 points de service en 2012 vers 99 734 points de service en 2020 soit 60% du taux d’inclusion financière. Parmi ces points de services, 3069 sont pour 12 établissements de crédit et 502 sont pour 39 institutions de Microfinance. Ces chiffres continuent à montrer que 82% de ces institutions financières ont leur siège en Mairie de Bujumbura.

Lors d’une étude socio-économique pour le développement des services financiers et non financiers dans la zone couverte par le PAIFAR-B en 2021, ces chiffres montrent que sur 3157 des personnes recensées dans 17 communes du pays, seulement 20% d’entre eux ont déjà eu des informations détaillées sur l’épargne. Le document indique que 17,5% des femmes recensées ont eu un accès à l’information sur l’épargne contre 21% des hommes.

Cette étude démontre que les deux principaux canaux d’information sur le crédit sont la radio avec 33% et les amis à un taux de 34%. Seuls 16% des interviewés déclarent avoir eu les informations dans le cadre des activités de leur coopérative ou associations, tandis que 10% ont reçu des informations dans des réunions administratives. Une petite minorité de 3%  déclare avoir eu des informations par le biais des ONG ou des projets de développement. Et dans cet échantillon des personnes recensées, 44% ont eu des informations sur le mobile money.

Epaphrodite Senyampi, expert en Finance Rurale, explique que des efforts importants restent encore à faire dans le cadre de l’éducation financière en constatant ce taux de manque d’information sur l’épargne et sur les crédits, surtout si l’on veut canaliser l’immense capacité d’épargne mensuelle évaluée à 115 milliards de BIF vers les institutions financières formelles. Il ajoute que pour le cas des informations sur le crédit, les deux canaux d’informations déjà cités ne sont pas les meilleurs canaux pour véhiculer les informations de qualité.

A lire : Au Zimbabwe, l’inflation fait planer le spectre de la famine

Le secteur financier informel, un obstacle à l’inclusion financière

Comme M. Senyampi le précise, dans l’enquête faite, 13% des recensés ont demandé des crédits auprès de leurs familles, 14% auprès des amis, 27% pour les commerçants et 38% aux institutions de microfinance.

Vu les chiffres de cette enquête, cet expert a élucidé qu’en milieu rural le secteur financier informel est amené par des pratiques de tontine et des petits crédits, principalement à travers les groupements et le prêt usuraire consenti par des particuliers, essentiellement des commerçants.

Parmi les raisons avancées par les populations rurales de pourquoi ils préfèrent l’informel, c’est que les institutions de microfinance ou les banques exigent un taux d’intérêt élevé, un manque de garanties, un délai de remboursement court et un manque d’informations. Pour lui, ces institutions financières devraient améliorer leurs services de crédit, la qualité des services ainsi que  la rapidité du processus de l’octroi des crédits.

Le rôle du FIDA dans l’inclusion financière en milieu rural

La part du Fonds International de Développement Agricole (FIDA) intervient par rapport à l’aspect inclusion financière en milieu agricole rural, a signalé M. Senyami. Il est surtout dans la Stratégie Nationale de l’Inclusion Financière via le projet PAIFAR-B qui s’implique énormément à travers l’appui technique et financier direct des institutions de microfinance pour améliorer leur capacité de fonctionnement et les produits qui sont offerts à la population rurale mais aussi à travers l’appui à la commission en charge de l’actualisation de la SNIF. Pour le financement de ce projet, le FIDA a contribué à hauteur de 24,93 millions de dollars américains sur 38,61 millions de $ du coût total de ce projet.

Signalons que le plaidoyer pour la digitalisation de la Banque de la République du Burundi (BRB) est l’abri des institutions des microfinances et des banques et autres établissements financiers pour améliorer le taux d’inclusion financière au Burundi.

 A lire aussi : Projet d’appui à l’inclusion financière agricole et rurale au Burundi

Blandon Uwamahoro

Articles similaires

BAD : exclusion de Sagittarius Nigeria Limited et ses filiales à cause d’une pratique frauduleuse

LE JOURNAL.AFRICA

CDE: La jeunesse des Grands Lacs s’abreuve aux principes d’une société libre pour se développer

LE JOURNAL.AFRICA

Burundi : Plus de 73 millions Fbu volés à la BGF agence Kayanza

LE JOURNAL.AFRICA
%d blogueurs aiment cette page :