LE JOURNAL.AFRICA
Analyse

Négociant d’avocats ou ingénieur ? Mon cœur balance !

La vidéo du président de la république vantant les mérites d’un camionneur qui fait le négoce des avocats burundais à Dar-es-Salam fait un tabac sur les réseaux sociaux. Le parallélisme avec un ingénieur dans la dèche a suffi chez certains pour pisser sur l’école. Quo vadis ?

Entrepreneur, c’est le mot à la mode. Ne pas se voir entrepreneur dans ses projets est synonyme de signer son arrêt de mort sociale. C’est du moins le narratif vendu aux jeunes. Quoi de mieux que les partageurs compulsifs de nos réseaux sociaux pour propager un extrait d’une vidéo corroborant cette thèse ?Entrepreneur, le super héros qui sauvera seul le Burundi commence à faire douter de l’utilité de l’école. Il suffit de se donner la peine de parcourir les commentaires de différents murs et pages qui ont relayé la trouvaille. Pour avoir élevé au piédestal un camionneur-commerçant  « qui n’a même pas le niveau dixième » et tourné en dindon de la farce un ingénieur « incapable de lancer son business », le locataire de Ntare a été peut-être (oui, peut-être) pris à la lettre par les pourfendeurs de l’école.  Comme quoi, un ingénieur serait moins utile à la nation qu’un camionneur vendant des avocats à Dar-es-Salam.

Nuance, nuance!

...   

Continuer la lecture de cet article sur YAGA BURUNDI

Articles similaires

Sommet Russie-Afrique : trois raisons qui expliquent la présence du Burundi à Sotchi

YAGA BURUNDI

Itorwa ry’uwuzoserukira Cndd-Fdd : hari zimwe mu nyifato ziteye amakenga

YAGA BURUNDI

Burundi-France : quatre raisons pour comprendre la reprise de la coopération bilatérale

YAGA BURUNDI

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.